Camping Sardegna        
       

Meteo Alghero

Recettes

 

9 Recettes diverses Sardaigne

Agnolotti ou ravioli à l'orange

Acciuleddi

Agnolotti   à l'orange

Ambulau  

Andarinos   Usini  

Noisettes d'agneau aux poires fondantes

Agneau avec le cardon

Agneau de Sardaigne

Agneau Scannese

Agneau sarde aromatisé

Agneau enpâtes feuilletée

Agneau avec chardons et artichauts

Artichauts farcies

Artichauts à la crème

Artichauts aux legumes

Bottarga   (poutargue) 

Canard avec myrte

Côte d'agneau aux groseilles

Cardons à la sardi

Carvi: Propriétés et avantages

Couscous de Carloforte

Velouté de crabe

Agneau de Sardaigne au fenouil et aux tomates

Sa burrida 

Noisettes d'agneau aux poires fondantes

Anguille aux oignons

Anguille du moulin

Anguilles marinée

Anguilles Bouillies Au Fromage De Brebis

Gigot d'agneau

Amarettus

Anchois farcis

Angquilles in umido

Artichaut épineux sarde AOP

Aubergines à la mode de Sassari

Aranzada

Beignes sardes au fenouil sauvage

Beignets de boutargue à l’ail

Bianchittus 

Blanc de poulet   aux olives noires , séchés  

Boutarge   Poutargue Bottarga

Fregola à la Poutargue

BOTARGA- botargue ou poutarge

Boutargue à la moutarde

Crostini botarge

Le caviar de la Méditerranée (Bottarga)

Pâtes au pesto de pistaches, et boutargue 

Buconettus

Bucatini   à la menthe  

Cabillaud Fregola aux artichauts

Cannelloni d'aubergines

Candelaus

Cardons à la sarde

Carré d'agneau à la tomate et aux olives

Carpaccio de thon ou saumon

Caschettas

Le Cefalo Al Formo (mulet au four)

Chapon de mer aux pommes de terre

Chevreau au four

Civet de lapin à la sarde

Civet de sanglier

Clovisses

Clovisses aux haricots blancs

Côte d'agneau aux groseilles

Chou farci à la queue de boeuf

Crevettes Porto Cervo

Coiettas  

Coricheddos 

Cucciuleddi

Cuddureddi et Lolli dans le vin chaud

Culingiones de pommes de terre

Culurgionis farcit avec les pommes de terre

Culurgiones à la mode d'Eno

Culurgionis   farcit avec de la viande

Daube de brebis

Epaule d'agneau à la menthe

Fèves,   menthe   et   pecorino

Fiore Sardo Dop

Fideua de Algero

Flan de ricotta et orange

Foie de porc dans la crépine

Fregola avec le crabe

Cabillaud Fregola aux artichauts

Fenouil   aux câpres et   anchois  

Fregola à la Poutargue

Fregola avec Lanqouste

Fregola aux cèpes

Fregola aux crabes

Fregola aux palourdes, fregula cun cocciula

Fregola Sarda con bottarga e vongole

Fregola avec les arselle (Fregola cun couciula)

Fregola thon et compote d’agrumes

Fregolaavec saucisses fraiches

Salade fregola avec du thon, le céleri et poutargue

Fugasse aux tomates et anchois

Galina al mirto

Gallina al Mirto (poule au myrte) 2

Gateaux  20 dessert

 Gâteau de ricotta Sardaigne

Galine farci

Galina froide

Gesminus

Gnocchi aux escargots et cèpes

Gnocchi aux fenouils sauvages

Gnocchi à la poutargue

Gnocchis de sépia aux artichauts et poutargue

Gnochetti au safran

Gnocchi Sardaigne

Gnocchi de Sardaigne

Gnocchi au citron safran

Gnocchis avec citron

Gueffos - Guefos

Homard aux tagliatelles fraîches

Langouste au safran

Homard piquant

La liqueur de myrte

Coniglio a succhittu

Lapin  alla Sarda

Lapin à la mode sarde

Lapin a succhittu

Lapin sauvage à la sarde

Lasagne à la sauce aux noix

Les Abats sardaigne

Le Cattas

Le loup aux cèpes

Les principales coupes de porc

Linguine   aux asperges et   crevettes  

Linguine à la poutargue

Liqueur d'eucalyptus 

Loringhitas

Lorighittas   avec l'aubergine et les champignons

Malloreddus

Malloreddus à la poutargue

Malloreddus au tofu

Malloreddus à la crème

Mandorle caramelate

Mazzamurru

Pain Civraxiu

Marcassin aux parfums de montagne

Médaillions de veau aux artichauts et à la tomate

Moules gratinées

Morue à la sauce aux noix

Mullet avec pommes de terre

Moules frites

Moules au safran

Mustazzolus

Paella algherese

Pains Sardaigne

Panada assemienese

Pane carasau

Pane Fratau

Palombe aux noix

Papasini

Pappai Biancu

Pappardelle au mouton

Pirichittus dessert de la Sardaigne

Pardulas

Papillons avec safran

Pasticini Gatto

Peccora in cappoto

Pennette con finochi e zaferano (auxfenouils et safran )

Penne oufs et le thon

Penne à la corsaire

Pennettes a la poutargue et aux crevettes

Perdrix aux lentilles (Perdixi cun Gintilla)

Pesto d'aneth au saumon et fusilli

Pasta alla   carlofortina

Pates alla Garibaldina

Petit cochon de lait à la broche

Recettes suitte

Petit gnocchis (malloreddus) et poulet

Petites fèves au lard

Pied d’agneau à la sarde

Pieds d'agneau

Pizza Sarda

Pizzudu

Polpettone au thon

Poulpe Mandrolisai

Découper une voilaille

Poulet ou myrte et des olives noires

Poulet sur la ruche

Polenta de Sardaigne

Porc au vin

Porc aux pommes

Porchettone au myrte

Potage de chatagnes

Poulpe au vin

Poulet farci désosser

Poulet aux olives vertes

Poulet et légumes d'été Aspic

Poulet farcis aux légumes

Poulet aux tomates

Poulpe frit

Prena coccoi (farce au pain)

Prosciutto di Villagrande Strisaili (Ogliastra)

Pruneddu

Queues de langoustes aux tagliatelles

Ragoût d' agneau

Rouget avec Vernaccia

Ravioli aux oignons

Raviolonis aux poisson

Ravioli de mulet

Ravioli de mérou avec sauce à la viande crevettes

Raviolis de ricotta au safran et guanciale

Risotto alla bottarga

Risotto à la poutargue

Risotto de fregola sarde, roquette

Risotto courgettes calmars

Risotto alla Sarda

Risotto façon Sarde

Rognon au persil

Rôti de porc au lait

Sanglier chasseur

Sanglier aux olives et Cannonau

Sa Mrecca 

Salade de légumes et de  thon

Sardines au four

Sauce aux oursins

Sebadas

Sebadas au miel

Sospiri

Soupe de Gallure

Soupe de legumes sarde

Soupe de palourdes (Zuppa di vongole

Soupe du pêcheur

Su Pizzudu

Sur Sambeneddu

Spaghetti au fenouil sauvage

Spaghetti   avec la seiche

Spaghetti è l'huile d'olive et la boutarge

Spaghetti à la poutarge 2

Spaghetti aux oursins

Spaghetti en papillote à la sarde

Spaghetti carbonara au espadon

Spaghetti Extra

Spianata

Sur pistoccu

Tagliatelles à l’ail en chemise

Tagliatelles safranée

Tagliatelle champignons ancois

Tartare de thon recette de Sardaigne

Tarte aux Pappai Biancu

Tiliccas

Thon a Alghese

Thon frais aux anchois et aux champignon

Ton à la Carlofortina

Torta di mandorle

Tripes Ichnusa - Tripes sarde

Busecca trippes de Cagliari

Tripes à la sauce tomate (plat de Sassari) 

Turbot aux petits légumes

Turbo au four (Rombo)

Le nogat de Sardaigne

Vins Sardaigne

Velouté de crabe

Zipulas

 

Entrées

Les malloreddus sont parmi les pates les plus connues de l'ile. Préparées avec la meilleure semoule qu'on aura pétri avec de l'eau tiède légèrement salée, on parsèmera celle-ci avec du safran si l'on tient à respecter la plus pure tradition gastronomique sarde.

Au final, les pates ont la forme de coquillages vides et doivent avoir sur le dos des striures parallèles qu'on aura dessiné en faisant rouler les petites boules de pate sur le fond d'un panier.

La fregula, quant à elle, est faite de petites boulettes confectionnées à la main et roties au four.

Elle est idéale dans la préparation des soupes ou dégustée avec de la saucisse fraiche et des tomates.

Les pillus sont des pates demi-fraiches qui ressemblent aux tagliolini (sorte de petites nouilles).

On les cuit dans le bouillon du boeuf ou du mouton et on les noye de pecorino frais. Les panadas

Plats de résistance

La cuisine rotie est à la base de la gastronomie sarde. La cuisson devient alors un véritable rite, que l'on confie avec beaucoup d'honneur aux hommes les plus expérimentés pendant les fetes. Le porcelet est la viande la plus communément rotie. La tradition veut qu'on l'enfile sur une broche taillée en bois d'arbousier et qu'on ajoute simplement au cochon, en cours de cuisson, du sel, quelques gouttes de lard et des aromates tels que de la myrte, du romarin, du laurier ou de la sauge. Le gout de la viande qui s'en imprègne est alors inimitable. Deux autres techniques utilisées pour rotir sont encore dignes d'etre mentionnées.

La première est appelée par les Nuorèses su sabatteri et elle consiste à mettre les animaux l'un à l'intérieur de l'autre.

Le rituel veut ainsi que l'on éventre le veau pour le remplir avec une chèvre, qui sera à son tour éventrée pour y mettre un porcelet, etc, en suivant le principe des poupées russes. La seconde consiste à déposer le cochon de lait ou le sanglier à rotir dans un trou creusé dans la terre sur lequel on brulera du bois parfumé tel que des branches de myrte. On recouvrira celles-ci de tisons ardents. La cuisson, extrèmement longue, confèrera des aromes incomparables à la viande. Ce type de roti s'appelle a carraxiu.

Parmi les plats de résistance à base de gibier, citons is pillonis de t'accula. Ce véritable délice se cuisine avec des grives et des merles que l'on fait boullir dans de l'eau salée et qu'on enroule ensuite dans des feuilles de myrte.

Avant d'aborder les plats de résistance à base de poisson, il faut rappeler le fait étrange que la Sardaigne, bien qu'étant une ile entourée d'eaux poissonneuses, ne possède que peu de recettes originales car sa population ne s'est jamais sentie marine.

La burrida est par exemple un plat d'origine génoise recomposé par les sardes Il s'agit de roussette bouillie et marinée dans une sauce à base d'huile, de vinaigre et de noix hachées. La cassola est une soupe de poissons variés.

On trouve aussi des plats à base de merlan, rotis ou scabecciu, c'est à dire mariné dans du vinaigre, et de la langouste à la vernaccia, imprégnée dans le vin délicat et parfumé de clous de girofle.

La Sardaigne possède des traditions culinaires ancestrales. Les bords de mer regorgent de poissons et de crustacés, de langoustes et de coquillages. Les terres riches et sans cesse exposées au soleil produisent des produits d’une qualité rare, et les épices et herbes du maquis méditerranéen parfument délicatement les plats délicieux des différentes régions. Chacune d’entre elles a gardé ses propres spécialités, inspirées par les traditions culinaires des anciens envahisseurs, comme Alghero et sa cuisine catalane. Les traditions paysannes restent présentes dans de nombreuses régions, comme dans celle de Nuoro et de la Barbagia.

L a Sardaigne accueille chaque année près de 11 millions de touristes. Cette île, située au Sud de la Corse s’étend sur une superficie de 20 000km2. Elle appartient politiquement à l’Italie, cependant elle possède un fort particularisme. La Sardaigne peut parfaitement concurrencer les plus belles îles du monde du point de vue touristique. D’ailleurs, elle fait partie des destinations les plus prisées des touristes. Le potentiel touristique de la Sardaigne repose en effet, sur son patrimoine naturel, culturel et historique. Par ailleurs, des services et prestations de qualité sont offerts aux touristes durant leurs séjours en Sardaigne

Bijoux: l'or est préferé à l'argent

L’or fait partie des traditions des bijoux sardes dès les derniers siècles. Autrefois on utilisé l’argent, extrait dans nombreuses mines de l’Ile. Les laboratoires d’artisans de la Sardaigne ont produit des bijoux religieux et de la tradition chrétienne, que pendant les cinquante dernières années ont été vus et appréciés par les touristes : dans les musées, dans les boutiques, dans les centres I.S.O.L.A., au cours de foires, pendant les festivals, où les groupes folk montrent des très beaux bijoux de la tradition.

Il y a seulement quelques localités dans la Sardaigne où l’orfèvrerie vante une tradition aux bases solides : entre elles on cite : Cagliari, Sassari, Quartu Sant'Elena et Oliena.

Fêtes traditionnelles

Plus de mille fêtes religieuses ou païennes par an, un carnaval hors du commun, d'étranges danses rituelles et une polyphonie aussi riche que celle des Corses...

Les carnavals

Le carnaval en Sardaigne reste une des fêtes les plus populaires de Sardaigne. Tous ces carnavals ont en commun une procession, la parodie d'un transport funèbre suivie par des complaintes et de chants en chœur. L'un des carnavals les plus suivis est la sartiglia de Oristano. Il s'agit d'une course de chevaux doublée d'une épreuve d'habilité. Les costumes sont à l'image du faste du passé espagnol, encore vivant dans les prouesses équestres des courses effrénées.

Les Mamuthones

Cette fête plus sombre se déroule dans la région de la Barbagia, tout comme les merdules boes de Ottana et sos thurpos de Orotelli. Ces masques archaïques en bois peint de noir bougent au rythme cadencé de leurs clochettes, au son grave et inquiétant. On y retrouve un rite agraire et pastoral dans sa simplicité originelle qui évoque le culte des forces créatrices de la nature. Les mamuthones sont vêtus d'un habit composé d'un pantalon blanc, de chaussettes montantes, d'une sorte de jupe courte, d'un corselet rouge sur une chemise et d'un gilet de peau porté avec le poil à l'extérieur appelé mastruca, ils sont coiffés d'un foulard noué sur le menton. Sur le dos et au cou, ils portent des grelots. Ils sont encadrés par les issokadores qui portent une sorte de casquette à ruban, un large pantalon bouffant bleu, une chemise blanche et un gilet rouge, parfois un châle lié à la taille, ils ne portent ni sonnaille, ni masque, ni mastruca. Ils tiennent en main une sorte de lasso qu'ils lancent dans le public de sorte à attraper amis, enfants, jeunes filles, etc. en criant des boutades satiriques. Si la personne est prise, c'est un signe de bon augure.

 

L'Argia

Peu de gens ont entendu parler de la danse de l'argia. Le tarentisme des Pouilles qui est à l'origine de la tarentelle est beaucoup mieux connu. Dans les Pouilles, jusque dans les années cinquante, la tradition voulait, lorsqu'une personne avait des problèmes psychiques, que l'on fasse venir des musiciens à domicile. Ils jouaient pendant trois jours, le malade devait danser la tarentelle tout au long de cette période au bout de laquelle il était guéri. L'intérêt de ce rite consistait dans l'utilisation, par les gens du village, de la musique et de la danse dans le but de soigner une personne en difficulté.

La fête de Saint Efisio

Cette procession, à l'origine très ancienne, dure quatre jours et réunit un millier de personnes bénévoles. Efisio d'Elia était un jeune guerrier romain qui combattait les Chrétiens. Il s'est converti au christianisme et fut décapité puisqu'il ne voulait pas renier sa foi. Il est devenu le saint patron de Cagliari, la capitale sarde après avoir éradiqué la peste en 1656. Depuis, en reconnaissance de ce miracle, une grande procession annuelle donne lieu à une des plus grandes fêtes méditerranéennes. Une trentaine de chars à bœufs décorés, deux mille personnes, précédées de musiciens, défilent portant les costumes de leur village devançant le saint, tiré par ses deux bœufs fleuris, suivi d'une foule de fidèles. Certains le touchent, d'autres font des vœux.

Les polyphonies de la Semaine Sainte

Les manifestations de la Semaine Sainte sont de loin les plus importantes du calendrier religieux. Certaines petites villes sont particulièrement célèbres, dans la partie nord-ouest de l'île : Aidomaggiore, Bonnanaro, Cuglieri, Santu Lussurgiu et surtout Castelsardo qui concentre le plus grand nombre de confréries et le répertoire le plus riche et le plus original. Ces confréries sont très anciennes et connues au moins depuis le XVIIe siècle. Leur activité se concentre autour de la pratique du chant : cérémonies religieuses du calendrier liturgique et funérailles, et de l'administration de la confrérie. Lors de la Semaine Sainte, le répertoire s'exécute par groupes de quatre chanteurs selon un registre naturel du bas à l'aigu. La plupart des chants sont en latin et reprennent des textes liturgiques, mais certains sont en sarde. Ces chants accompagnent les processions et les scènes qui illustrent la Passion, scènes qui sont jouées à la fin de l'office à l'intérieur même de l'église ou sur le parcours entre deux églises. La messe du dimanche de Pâques met fin à ces manifestations. Le lundi de Pâques, Pasquetta, est une fête familiale et amicale qui donne lieu à un repas, souvent un pique-nique au cours duquel on mange des viandes rôties à la broche

 

 

 

Bottarga
Le terme bottarga ou bottariga désigne l'œuf du mulet ou du thon, salé, pressé et desséché. Cabras, sur l'étang du même nom, dans la province d'Oristano, est considéré comme la patrie de la bottarga de mulet. Une excellente bottarga de thon est produite dans les régions côtières du Sulcis. Les spaghettis à la bottarga râpée sont exquis. 

Fruits de mer
Au choix, crabes, "arselle", "bucconis" (murexs), "patelle", dattes de mer, chiociricci, araignées de mer, "orziata" (actinies), poulpes, sardines. 

Olives "a scabecciu"
Elles reçoivent trois incisions, sont mises dans la saumure pendant trois jours environ, lavées et ébouillantées dans une eau vinaigrée, et ensuite séchées au soleil. Enfin, on les assaisonne de persil et d'ail et on les conserve dans l'huile.

Olives en saumure.
On les immerge dans de l'eau salée pendant deux mois après récolte si elles sont de la variété "pizz'e carroga" , 8 mois pour les olives "tonde". La première de ces variétés, a une forme allongée et une saveur plus douce, tandis que les secondes sont rondes et plus amères. 

LIQUEURS
Amaro di cardo (de chardon)
Liqueur due à l'habileté des bergers sardes qui ont fait macérer des racines de chardons sauvages en y ajoutant du sucre ou du miel. Il n'est dégusté qu'après le repas. 

Villacidro
L'ingrédient principal est l'essence d'anis. Le produit existe en version blanche ou jaune, dans ce dernier cas la couleur est due au safran. Idéal comme apéritif ou digestif, utilisé également comme additif dans les pâtisseries sardes. 

Mirte
Indiscutablement, la plus célèbre liqueur sarde qui doit son succès à la plante du même nom. On fait macérer avec du miel ou du sucre les baies ou les feuilles. À servir frais comme apéritif ou digestif. 

Corbezzolo
Obtenu par macération de fruits mûrs. De couleur légèrement rose, il a un goût délicat. 

Fico d'india (figuier de barbarie)
Les fruits murs, particulièrement sucrés, sont additionnés de miel ou sucre et mis à macérer dans l'alcool. La liqueur est jaune, de goût délicat et titre 21 à 25 degrés.

Liqueur de citron
Fruit de la macération dans l'alcool d'écorce de citrons verts, additionnée de sucre et de miel. De teinte jaune tirant sur le vert, on lui attribue des vertus désaltérantes par les chaudes nuits d'été. 

Grappe (marcs de raisin)
Fruit d'une sélection très sévère des marcs, les plus connus sont : de Cannonau, de Vernaccia, de Vermentino, de Malvasia, de Moscato. 

Filu e'ferru (fil de fer)
Eau de vie qui doit son nom à la manière de la produire clandestinement autrefois : on cachait le liquide distillé dans un récipient que l'on enterrait, et dont on repérait la position au moyen d'un fil de fer dépassant du sol. On la produit à partir de marcs très sélectionnés. 



L'agrotourisme, le logement à la ferme en Sardaigne, c'est beaucoup plus que la mer. Au départ, l'idée était d'offrir un accueil à bas prix dans le voisinage immédiat des côtes ; mais l'accueil dans les exploitations agricoles de Sardaigne a vite mis en évidence le caractère laborieux et fier des gens de cette île extraordinaire en assumant une autonomie culturelle propre (même en proposant la mer certes, mais dans des zones moins mondaines et moins connues) et en dirigeant le visiteur vers l'arrière-pays, notamment dans les provinces d'Oristano et de Nuoro. 

Ce sont les zones où le territoire révèle sa culture et son paysage plus authentiques, où le tourisme vert donne le meilleur de soi en approchant l'hôte de l'histoire d'une île sur laquelle (peu de gens le savent) ont débarqué tour à tour les Phéniciens, les Carthaginois, les Romains, les Arabes, les Byzantins, les Normands, les Espagnols, et enfin les rois de la dynastie de Savoie à travers lesquels l'île s'est unie aux autres régions italiennes, Royaume d'Italie d'abord, puis la République qui a reconnu à la Sardaigne, dès 1948, le statut de région autonome. 

L'architecture et le paysage portent les marques de toutes ces dominations, même s'il se peut que la Sardaigne n'ait, en fait, jamais été dominée en ce sens qu'elle a su garder essentiellement intacts son caractère, sa fierté, le sens profond de son autonomie et de son indépendance. Restent mystérieuses, fascinantes et symboliques les nouragues, des constructions protohistoriques remontant probablement à 3 500 ans dont les structures sont réalisées par superposition de grosses pierres "à sec" (c'est-à-dire sans utiliser de ciment), disséminées dans les zones intérieures du centre de la Sardaigne (près de sept mille, plus ou moins bien conservés, en ont été dénombrés). A ne pas manquer, surtout, le Nourague Losa, près d'Abbasanta, en province d'Oristano ; le village nuragique de Serra Orrios, entre Oliena et Dorgali, en province de Nuoro ; le nourague Santu Antine, près de Thiesi, en province de Sassari; le nourague S. Barbara, près de Macomer, en province d'Oristano ; le nourague Su Nuraxi de Barumini, en province de Cagliari (capitale de la région). 

Et Barumini se trouve tout près d'une zone naturaliste parmi les plus singulières d'Italie et assurément de la Sardaigne : la Giara di Gesturi. Il s'agit d'un grand haut plateau à 500 mètres d'altitude, sur un terrain de roche basaltique imperméable qui recueille les eaux de pluie hivernales dans de petits lacs caractéristiques appelés "Pauli". Ici vit, à l'état sauvage, une race de petits chevaux appelés précisément Chevaux de la Giara. La richesse en eau, l'abondance de végétation et la position surélevée qui permettait de voir et de repousser les ennemis ont favorisé l'installation humaine sur la Giara depuis des époques très lointaines : tout le haut plateau est entouré de nouragues jouant probablement une fonction défensive. 

Un peu plus au nord, dans la province de Nuoro, le Parco Nazionale del Gennargentu protège la nature riche et sauvage des flancs du mont Gennargentu. 

Un séjour en gîte rural permet également de visiter les ruines carthaginoises (comme Cornus, légèrement au nord d'Oristano), romaines (comme le Temple d'Antas près d'Iglesias), et une extraordinaire variété de cathédrales romanes appartenant aux différents styles du roman sarde et du roman pisan (San Gavino à Porto Torres en est un superbe exemple) ; on remarque également la présence d'églises et de palais en style gothique-aragonais et byzantin. Naturellement, il est impossible d'oublier la mer : sublime aussi bien le long des côtes sablonneuses que dans les parties rocheuses, avec des grottes aux effets chromatiques hautement évocateurs (comme dans le cas de la Grotte del Bue Marino à Cala Gonone, en province de Nuoro). 

L'accueil à la ferme en Sardaigne, c'est aussi la dégustation d'excellentes spécialités de l'agriculture et de la cuisine du terroir à Appellation d'Origine Protégée (AOP) et à Indication Géographique Protégée (IGP): excellents fromages de brebis (sont à appellation d'origine protégée le Pecorino Sardo, le Fiore Sardo, le Pecorino Romano), succulentes viandes d'agneau (IGP) et de porc rôties, délicieux plats de poisson et de fruits de mer (pâtes, soupes, fritures) et desserts (à signaler les "seadas" préparées avec de la pâte, du fromage de brebis frais et du miel). Les vins aussi sont excellents : à signaler (à appellation d'origine contrôlée) le Vermentino di Gallura DOCG, la Vernaccia DOC, le Cannonau DOC, la Malvasia DOC (mais il y en a 16 autres, tous à AOC, qui méritent tout autant d'être savourés). 

Pour vous inviter à profiter de tout cela, Agriturist a sélectionné 40 propositions de agrotourisme et tourisme à la ferme en Sardaigne. 





Située juste au sud de l'île de Corse, la Sardaigne est la deuxième plus grande île de la Méditerranée après la Sicile. 



Capitale : Cagliari 

Population : 1,6 million (1991) 

Langue officielle : italien 

Région autonome à statut spécial 

Provinces : Cagliari, Nuoro, Oristano, Sassari



Pétrie d’une multitude de cultures illustres au fil des siècles, fière héritière d’antiques traditions pour beaucoup encore en cours, l’île sarde se présente aujourd’hui comme une mosaïque de langues et d’us et coutumes, avec pour décors des paysages d’une grande diversité et de toute beauté. Elle est, en somme, une terre d’alliance entre le passé et le présent, une enclave protégeant encore des trésors de la mémoire des hommes.

Une des caractéristiques les plus remarquables de la Sardaigne réside dans la variété des langues et/ou dialectes qui y sont encore parlés. En effet, même si l’italien est devenu, depuis 1764, la langue officielle, les Sardes constituent l'une des plus importantes entités linguistiques de toute l'Italie, et même l'une des plus considérables d'Europe (on estime que 85 % des habitants de l'île comprennent le sarde). À ceux-là viennent s’ajouter un groupe d’environ 30 000 personnes parlant le catalan, installées dans la ville d’Alghero au nord-ouest de l’île, ainsi que des petites communautés parlant le corse du sud, dans le nord de l’île (en Gallura), et le génois, dans les petites îles du sud-ouest (notamment à Carloforte dans l'île de San Pietro et à Calasetta dans l'île de San Antioco).

Cette richesse linguistique s’explique simplement par la non moins riche histoire de l’île :

Envahie d’abord par les Phéniciens (XVIIe siècles avant notre ère), les Carthaginois (VIIe siècle) et les Phocéens (VIe siècle), la Sardaigne subit ensuite successivement la domination des Romains (238 av. J.-C. - 476 apr. J.-C.), des Vandales (476 - 534), de l’Empire byzantin (534 - 711) et des Arabes (711 - 1016). À la demande des Sardes, les républiques de Gênes et de Pise interviennent pour contrer l’avancée des Arabes, puis se disputent l’île du XIe au XIIIe siècles. Celle-ci sera finalement remise au roi d’Aragon par le pape Boniface VIII en 1297. Mais la couronne arago-catalane ne conquiert définitivement l’île qu’en 1325 et c’est alors que, tandis que le sarde commence sa période de déclin, le catalan devient la langue de l'administration et de la culture, et demeurera la langue dominante sur l’île jusqu’au XVIIIe siècle.

En 1720, en échange de la Sicile, le traité de Londres cède la Sardaigne au Duc de Savoie. Mais en 1860, l’ouest de la Savoie est annexé à la France et la Sardaigne est incorporée au royaume d’Italie.

La communauté catalane se regroupe dans la seule ville d’Alghero devenue une véritable enclave catalane en terre sarde !

De toutes ces influences, la Sardaigne d’aujourd’hui a gardé beaucoup.

On l’aura compris, ici l’histoire se laisse lire au gré de nos promenades tant elle est omniprésente. Dans le témoignage silencieux des nuraghi, par exemple, ces habitations coniques de la préhistoire datant du IIe millénaire av. J.-C. et ressemblant à une tour à large base qui se rétrécit vers le sommet et aboutissant en un cône haut de plus de 20 m. Environ 7 000 nuraghi rythment les paysages sardes, faisant de l’île l'un des plus grands musées archéologiques à ciel ouvert au monde !

Tandis que les traces laissées par les Phéniciens, les Carthaginois et les Romains sont plus difficiles à appréhender, les églises romanes et l’art baroque sont, quant à eux, très présents dans le paysage.

Plages, terres et traditions !

Côté nature, la Sardaigne est bénie avec des plages qui comptent parmi les plus belles et les mieux préservées de la Méditerranée. En voici quelques-unes des plus belles : la plage de Chia, après Pula, près de Cagliari ; la Cala Corsara dans le parc national de la Madeleine ; les dunes de Piscines sur la Costa Verde, et bien d’autres encore !

L’intérieur des terres, encore très sauvage, offre des coteaux recouverts de maquis, d’oliviers centenaires et de figuiers de Barbarie et des villages haut perchés sur des montagnes arides.

Comme toute île en général, la Sardaigne a su conserver jalousement d’anciennes traditions issues du grand nombre de cultures qui l’ont façonnée. Notons seulement qu’on y célèbre plus de mille fêtes religieuses ou païennes par an ; mais aussi un carnaval hors du commun au rythme d'étranges danses rituelles et de chants polyphoniques d’une beauté à couper le souffle

Charcuteries

Il ne faut pas oublier l'existence d'une charcuterie sarde variée. Le cochon est en effert souvent roti mais il sert aussi à la confection de nombreuses charcuteries.

On peut déjà penser à la production limitée de capocollo, produit salé et séché qui se consomme cru, fait avec les muscles de la zone cervicale; au lard (pancetta) extrait de la graisse du ventre du cochon, conservé par un système plus ou moins équivalent à ceui du jambon; au jambon cru, spécialité obtenue avec la partie interne de la cuisse ou de l'épaule; à la saucisse sarde enfin, autrefois faite exclusivement maison et aujourd'hui produite par tous ceux qui travaillent la viande et vendue fraiche, séchée ou fumée.

On utilise pour la faire la chair du cochon découpée en morceaux plus ou moins gros, que l'on mélange avec une certaine quantité de lard, du sel, du poivre, des graines d'anis et de fenouil, des clous de girofle et du persil. Enfin, le jambon de sanglier est un produit particulièrement recherché par les gourmets.

Fromages

C'est le produit alimentaire le plus exporté de Sardaigne. Les variétés de formes, de confections, d'affinages, de gouts et d'utilisations sont très nombreuses. Le Pecorino Sardo DOC est l'un des plus connus au monde.

Il est fait avec du lait entier de brebis et conserve les aromes des herbes broutées non polluées. Il a une forme cylindrique et dépasse rarement les 3 kg. C'est un excellent fromage de table mais sa polyvalence permet aussi de le déguster roti ou rapé.

Le Fiore Sardo DOC est produit en Sardaigne selon une technique artisanale très ancienne et particulière. D'un format moyen d'environ 3,5 kg, il est fait exclusivement de lait de brebis frais et coagulé avec de la présure d'agneau ou de chevreau.

On peut dire qu'il symbolise la superbe singularité de la fromagerie pastorale sarde au sein des fronages italiens. Il ne faut pas oublier non plus les canestrati -fromage produit avec du lait de brebis entier et formé dans des corbeilles en osier-, ni les fromages de brebis à pate molle -dont il existe une grande variété, à base de ferments lactiques naturels et de présure liquide-, ni enfin les fromages de chèvre obtenus avec du lait entier et considérés par les diététiciens comme particulièrement sains.

Rappelons enfin la ricotta, obtenu par une technique artisanale en réchauffant le petit lait des fromages produits exclusivement avec du lait de brebis.

Barumini un site nuragique patrimoine mondial de l'UNESCO

Su Nuraxi (Barumini) est le site nuragique le plus connu au monde, et aussi l'un des plus étudiés et visités. Depuis 1951 il est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondiale de l'Humanité de l'UNESCO. Le site a été découvert en 1951 par le professeur Giovanni Lilliu, archéologue de réputation mondiale, Académique des Lincei, et il est composé par un nuraghe dont la structure complexe (bâti en 5 phases, on le comprend par la stratigraphie), avec quatre tours angulaires, reliées par une courtine d'enceinte autour de la tour centrale, érigée en 1470 a. J-C. (une fois il avait trois étages, aujourd'hui du dernier on trouve seulement les pierres de basalte du premier anneau), et par les restes d'un grand village.

Dans la cour centrale, il y a un puits qui saisit l'eau à vingt mètres de profondeur: aujourd'hui il est alimenté par une riche nappe phréatique. Une cabane avec une siège en pierre au centre de la construction: les savants pensent que c'est un lieu de rencontre des personnes âgées, pour discuter de politique et de religion. Tout le territoire, cependant, est riche en nuraghes et témoignages de la période nuragique.

Tradition sarde et raffinement des saveurs retrouvées , lieux sauvages et structures en harmonie avec l’environnement.

La Sardaigne est réputée pour l'excellente qualité de ses produits agroalimentaires, ses viandes savoureuses, ses poissons et ses fruits de mer très frais.

La tradition gastronomique de l'île est un ensemble de recettes destinées à exalter les saveurs typiques à travers des combinaisons surprenantes pour retrouver le plaisir de la table, pour savourer les mets les plus naturels en les associant avec les excellents vins locaux.

Tous les restaurants du groupe Delphina respectent et honorent la tradition gastronomique sarde des saveurs retrouvées et proposent des menus avec des plats typiques, tout en offrant les plats de la cuisine internationale.

Cannonau

C'est le vin le plus connu de Sardaigne, issu d'un cépage d'origine probablement espagnole, majoritairement produit dans la région orientale de l'île. Vin d'AOC, de couleur rouge rubis, ardent, robuste et sec.

Carignano

La production en est concentrée dans le Sulcis et dans les îles de San Antioco et San Pietro. C'est un vin AOC du Sulcis. De couleur rouge rubis, au bouquet relevé et sec, il titre 11°5 et il accompagne idéalement les entrées, les grillades de viande, les charcuteries et les fromages.

Malvasia (malvoisie)

Probablement importée de Grèce à l'époque byzantine, elle est produite en AOC soit à Bosa, soit à Cagliari. Elle est déclinée en diverses vinifications : liquoreux naturellement sucré, liquoreux sec, sucré naturel, sec naturel. C'est un vin à déguster à la fin du repas, ou hors repas, en accompagnement de desserts typiquement sardes.

Mandrolisai

 

Il tire son nom de sa région de production. C'est un AOC décliné dans les diverses variétés de rouge, rouge supérieur et rosé. Il doit être bu à température ambiante en accompagnement des différents plats typiques de la cuisine sarde.

Monica

Vin AOC dont on a des traces en Sardaigne depuis un millénaire. Il existe une variété dite de Cagliari et une autre dite de Sardaigne. Les deux ont un bouquet sec, chaud, savoureux et agréable au palais. La Monica de Sardaigne à un degré alcoolique inférieur à celle de Cagliari : 13 degrés au lieu de 14, 5 degrés. En vieillissant la couleur de la Monica de Sardaigne tend vers l'amarante tandis que celle de Cagliari évolue vers l'orange. Ces vins sont appropriés à l'accompagnement des entrées et viandes.

Moscato

Produit un peu partout en Sardaigne. Selon les variétés le degré alcoolique va de 13 à 15 degrés. Sa couleur est jaunâtre, le bouquet relevé, la saveur robuste, chaleureuse et un peu sucrée. Il est idéal dans l'accompagnement des biscuits sardes.

Nasco

Vin typique de la province de Cagliari, produit comme AOC dans ses versions sucré naturel et sec, de couleur jaunâtre, au parfum délicat et à la saveur légèrement amère. La teneur en alcool va de 13 à 14,5 degrés. Considéré comme convenant à de multiples occasions, soit en apéritif, soit comme vin de dessert, il va très bien avec les fromages piquants.

Nuragus

Abondamment produit dans la région de Cagliari, il figure parmi les vins blancs sardes les plus répandus. C'est un AOC de couleur paille, au goût sec, titrant 10,5 degrés. On l'apprécie bien avec les poissons ou des hors-d'œuvre légers, ou même servi très frais en apéritif.

Torbato

Vin assez réputé et d'origine catalane, produit aujourd'hui dans la région d'Alghero. Quantités réduites étant donnée la fragilité du cépage et l'irrégularité des rendements. Couleur paille, bouquet sec, il atteint 11,5 degrés. Idéal avec le poisson.

Vermentino

Importé d'Espagne, il a trouvé sa localisation idéale dans la Gallura. Dans l'AOC il y a deux variétés : le Vermentino de Gallura, de couleur jaune paille, vin sec qui peut titrer 12 ou 14 degrés, selon qu'il s'agit d'un Vermentino normal ou supérieur. ; le Vermentino de Sardaigne, plus léger que le premier avec un taux d'alcool de 10,5 degrés. Le Vermentino est un vin excellent avec les plats à base de poisson.

Vernaccia

Vin typique de l'Oristanese, d'origine romaine. AOC toujours d'au moins 14 degrés, vieilli deux ans dans la variété normale, et trois dans la version supérieure. Dans cette dernière la Vernaccia titre au moins 15 degrés. Consommé en apéritif ou en dessert.

Zafferano di Sardegna Dop

Les caractéristiques morphologiques du sol et du climat et certaines zones de la Sardaigne , combinées avec les techniques traditionnelles de culture et de transformation transmis de père en fils , permettent d'obtenir un produit avec des caractéristiques organoleptiques et gustatives uniques et incomparables .

D'une analyse qualitative attention du safran produit en Sardaigne a été , en effet , constaté que la teneur moyenne en crocine ( l'élément auquel il est relié pouvoir colorant du safran ) , picrocrocine ( l'élément sur lequel les effets sont attribuables euptetici et la correction du goût ) et safranal ( l'élément qui sont associés à des propriétés aromatisantes ) est significativement plus élevée que la norme. Ces caractéristiques particulières expriment le lien étroit entre le produit du territoire d'origine , particulièrement adapté à la fois pour son potentiel de conditions climatiques favorables et humaines .

Safran de Sardaigne a ses propres particularités , en plus des aspects de sol et le climat de la zone de production , agronomique , le traitement et la transformation du produit . Dès le début de la récolte , à la sélection rigoureuse des matériels de multiplication , jusqu'à la récolte , le décorticage , le séchage , le stockage , l'homme intervient en fournissant des connaissances et des pratiques transmises de temps qui va produire un produit de haute qualité .

Il ne faut pas oublier l'existence d'une charcuterie sarde variée. Le cochon est, en effet, souvent rôti, mais il sert aussi à la confection de nombreuses charcuteries.

On peut déjà penser à la production limitée de capocollo, produit salé et séché qui se consomme cru, fait avec les muscles de la zone cervicale ; au lard (pancetta) extrait de la graisse du ventre du cochon, conservé par un système plus ou moins équivalent à celui du jambon ; au jambon cru, spécialité obtenue avec la partie interne de la cuisse ou de l'épaule ; à la saucisse sarde enfin, autrefois faite exclusivement maison et aujourd'hui produite par tous ceux qui travaillent la viande et vendue fraiche, séchée ou fumée.

On utilise pour la faire la chair du cochon découpée en morceaux plus ou moins gros, que l'on mélange avec une certaine quantité de lard, du sel, du poivre, des graines d'anis et de fenouil, des clous de girofle et du persil. Enfin, le jambon de sanglier est un produit particulièrement recherché par les gourmets.

Fromages

C'est le produit alimentaire le plus exporté de Sardaigne. Les variétés de formes, de confections, d'affinages, de goûts et d'utilisations sont très nombreuses. Le Pecorino Sardo DOC est l'un des plus connus au monde.

Il est fait avec du lait entier de brebis et conserve les arômes des herbes broutées non polluées. Il a une forme cylindrique et dépasse rarement les 3 kg. C'est un excellent fromage de table, mais sa polyvalence permet aussi de le déguster rôti ou râpé.

Le Fiore Sardo DOC est produit en Sardaigne selon une technique artisanale très ancienne et particulière. D'un format moyen d'environ 3,5 kg, il est fait exclusivement de lait de brebis frais et coagulé avec de la présure d'agneau ou de chevreau.

On peut dire qu'il symbolise la superbe singularité de la fromagerie pastorale sarde au sein des fromages italiens. Il ne faut pas oublier non plus les canestrati Fromage produit avec du lait de brebis entier et formé dans des corbeilles en osier-, ni les fromages de brebis à pâte molle ont il existe une grande variété, à base de ferments lactiques naturels et de présure liquide-, ni enfin les fromages de chèvre obtenus avec du lait entier et considérés par les diététiciens comme particulièrement sains.

Rappelons enfin la ricotta, obtenu par une technique artisanale en réchauffant le petit-lait des fromages produits exclusivement avec du lait de brebis.

Barumini un site nuragique patrimoine mondial de l'UNESCO

Su Nuraxi (Barumini) est le site nuragique le plus connu au monde, et aussi l'un des plus étudiés et visités. Depuis 1951, il est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondiale de l'Humanité de l'UNESCO. Le site a été découvert en 1951 par le professeur Giovanni Lilliu, archéologue de réputation mondiale, Académique des Lincei, et il est composé par un nuraghe dont la structure complexe (bâti en 5 phases, on le comprend par la stratigraphie), avec quatre tours angulaires, reliées par une courtine d'enceinte autour de la tour centrale, érigée en 1470 a. J-C. (une fois il avait trois étages, aujourd'hui du dernier, on trouve seulement les pierres de basalte du premier anneau), et par les restes d'un grand village. 

Dans la cour centrale, il y a un puits qui saisit l'eau à vingt mètres de profondeur : aujourd'hui, il est alimenté par une riche nappe phréatique. Une cabane avec une siège en pierre au centre de la construction : les savants pensent que c'est un lieu de rencontre des personnes âgées, pour discuter de politique et de religion. Tout le territoire, cependant, est riche en nuraghes et témoignages de la période nuragique. 

Tradition sarde et raffinement des saveurs retrouvées, lieux sauvages et structures en harmonie avec l’environnement. 

La Sardaigne est réputée pour l'excellente qualité de ses produits agroalimentaires, ses viandes savoureuses, ses poissons et ses fruits de mer très frais. 

La tradition gastronomique de l'île est un ensemble de recettes destinées à exalter les saveurs typiques à travers des combinaisons surprenantes pour retrouver le plaisir de la table, pour savourer les mets les plus naturels en les associant avec les excellents vins locaux. 

Tous les restaurants du groupe Delphina respectent et honorent la tradition gastronomique sarde des saveurs retrouvées et proposent des menus avec des plats typiques, tout en offrant les plats de la cuisine internationale. 

Cannonau

C'est le vin le plus connu de Sardaigne, issu d'un cépage d'origine probablement espagnole, majoritairement produit dans la région orientale de l'île. Vin d'AOC, de couleur rouge rubis, ardent, robuste et sec.

Carignano

La production en est concentrée dans le Sulcis et dans les îles de San Antioco et San Pietro. C'est un vin AOC du Sulcis. De couleur rouge rubis, au bouquet relevé et sec, il titre 11°5 et il accompagne idéalement les entrées, les grillades de viande, les charcuteries et les fromages. 

Malvasia (malvoisie)

Probablement importée de Grèce à l'époque byzantine, elle est produite en AOC soit à Bosa, soit à Cagliari. Elle est déclinée en diverses vinifications liquoreux naturellement sucré, liquoreux sec, sucré naturel, sec naturel. C'est un vin à déguster à la fin du repas, ou hors repas, en accompagnement de desserts typiquement sardes. 

Mandrolisai

Il tire son nom de sa région de production. C'est un AOC décliné dans les diverses variétés de rouge, rouge supérieur et rosé. Il doit être bu à température ambiante en accompagnement des différents plats typiques de la cuisine sarde. 

Monica

Vin AOC dont on a des traces en Sardaigne depuis un millénaire. Il existe une variété dite de Cagliari et une autre dite de Sardaigne. Les deux ont un bouquet sec, chaud, savoureux et agréable au palais. La Monica de Sardaigne à un degré alcoolique inférieur à celle de Cagliari : 13 degrés au lieu de 14, 5 degrés. En vieillissant la couleur de la Monica de Sardaigne tend vers l'amarante tandis que celle de Cagliari évolue vers l'orange. Ces vins sont appropriés à l'accompagnement des entrées et viandes. 

Moscato

Produit un peu partout en Sardaigne. Selon les variétés, le degré alcoolique va de 13 à 15 degrés. Sa couleur est jaunâtre, le bouquet relevé, la saveur robuste, chaleureuse et un peu sucrée. Il est idéal dans l'accompagnement des biscuits sardes. 

Nasco

Vin typique de la province de Cagliari, produit comme AOC dans ses versions sucré naturel et sec, de couleur jaunâtre, au parfum délicat et à la saveur légèrement amère. La teneur en alcool va de 13 à 14,5 degrés. Considéré comme convenant à de multiples occasions, soit en apéritif, soit comme vin de dessert, il va très bien avec les fromages piquants. 

Nuragus

Abondamment produit dans la région de Cagliari, il figure parmi les vins blancs sardes les plus répandus. C'est un AOC de couleur paille, au goût sec, titrant 10,5 degrés. On l'apprécie bien avec les poissons ou des hors-d'œuvre légers, ou même servi très frais en apéritif. 

 

Torbato

Vin assez réputé et d'origine catalane, produit aujourd'hui dans la région d'Alghero. Quantités réduites étant donnée la fragilité du cépage et l'irrégularité des rendements. Couleur paille, bouquet sec, il atteint 11,5 degrés. Idéal avec le poisson. 

 

Vermentino

Importé d'Espagne, il a trouvé sa localisation idéale dans la Gallura. Dans l'AOC, il y a deux variétés : le Vermentino de Gallura, de couleur jaune paille, vin sec qui peut titrer 12 ou 14 degrés, selon qu'il s'agit d'un Vermentino normal ou supérieur. ; le Vermentino de Sardaigne, plus léger que le premier avec un taux d'alcool de 10,5 degrés. Le Vermentino est un vin excellent avec les plats à base de poisson. 

Vernaccia

Vin typique de l'Oristanese, d'origine romaine. AOC toujours d'au moins 14 degrés, vieilli deux ans dans la variété normale, et trois dans la version supérieure. Dans cette dernière, la Vernaccia titre au moins 15 degrés. Consommé en apéritif ou en dessert.

Les bergers-bandits

La figure romantique du berger-bandit du Supramonte (région de montagne du Centre-Est) perdure dans l'imaginaire sarde. En particulier à Orgosolo, où les panneaux du village étaient jadis criblés de balles en guise d'avertissement pour les étrangers. De nos jours, ils se sont intégrés au magnifique paysage et aux murales, les fresques peintes sur les murs du village illustrant des scènes de la vie sociale et politique. En fait, la vie rudimentaire de ces bergers n'avait rien d'enviable, elle était plutôt faite de privations au milieu d'une nature hostile où l'on se confrontait en permanence aux épidémies, à l'aridité de la terre, aux loups et aux rapaces.

Habits traditionnels

Le costume féminin : les foulards de couleur servent à marquer l'appartenance aux différents villages ; la chemise, en lin ou en coton, est plissée et brodée ; la jupe à volants se porte jusqu'à la cheville, généralement de couleur sombre. Le tablier est brodé, parfois avec des fils d'or. Les parures comportent des broches, des boucles d'oreille, des colliers d'or, d'argent et de corail, des chaînes et des chapelets de pierres dures en guise de porte-bonheur.

Le costume masculin se compose d'un couvre-chef, une chemise fermée par des petits boutons en argent et en or, un gilet de laine, velours ou brocart, pantalons en toile blanche et un jupon noir.