Les fils de Gianduja sont sobres de nature, mais ils aiment la bonne cuisine. 

Ce sont des gourmets, mais pas des gourmands. Pour cette raison, en dépit des ressemblances dues à la proximité géographique que quelqu'un voudrait trouver, la gastronomie piémontaise diffère de celle française. En effet, les Français aiment le raffinement sophistiqué de la table qui satisfait d'abord l'œil et ensuite le palais, tandis que les goûts des Piémontais sont simples et leur cuisine est sincère, ragoûtante, aux saveurs bien définies. 

La cuisine piémontaise a bâti une bonne partie de sa renommée sur la bonté et la qualité des produits locaux, dont elle est redevable à la configuration géographique multiforme de la région à ses plaines, à ses lacs, à ses collines, à ses montagnes. 

Parmi ses caractéristiques, il y a lieu de mentionner les hors d'œuvre, le beurre qui est largement utilisé, les légumes crus, le "sanato" (veau du Piémont âgé de quelques mois et nourri uniquement de lait) et les truffes. 

En Piémont, tous les goûts et toutes les exigences peuvent être satisfaits, à table, par des produits typiques de la région. A partir des apéritifs-vermouth, en passant par le très large éventail de hors-d’œuvre, jusqu'aux entrées et aux plats principaux savoureux et substantiels, accompagnés des fameux gressins turinois (les petits bâtons de Turin dont Napoléon était gourmand) et aux délicieux fromages (AOC). Tout cela, suivi de fruits excellents et d'une pâtisserie exquise et originale : le bonnet (bonnet) au chocolat et aux amaretti, les petites bignole à la crème, la petite pâtisserie, les gâteaux, surtout aux noisettes et au chocolat Gianduja, le sabayon, le panettone basso (du type Galup qui veut dire gourmand), le torrone (touron) aux noisettes, sans oublier les excellents vins rouge et blanc (44 A.O.C et A.O.C.G.) et les spumanti doux et secs, pour lesquels la région est fameuse. 

Et, pour conclure, les digestifs, amers, au quinquina, aux herbes, au génépi et la fameuse eau-de-vie (que l'on appelle "brane"). 

Les hors d'œuvre

Froids ou chauds, les hors d'œuvre sont souvent de véritables entrées et offrent un choix ravissant de viandes, de charcuterie, de légumes farcis, d'omelettes aux fines herbes et aux légumes, de salades de légumes et de viandes froides. Typique est la salade de viande crue à l'albese (filet de veau du Piémont assaisonné à l'huile et citron). 

Les entrées

Agnolotti Piémontais Quelques mots à propos des entrées : les agnolotti. Leur nom dériverait de celui d'un cuisinier du Monferrato qui s'appelait Angelotu (Ange). Son plat, le Piat d'Angelotu serait devenu, au fil du temps, agnolot. 

Les agnolotti-maison sont préparés avec une farce de viande de veau, viande de porc, jambon, œufs, graissin émiettés, plusieurs autres ingrédients et une râpée de noix muscade. Ils peuvent être assaisonnés aux lamelles de truffe ou au beurre et sauge, au jus de rôti, à la viande hachée et tomates, au ragoût, avec beaucoup de parmesan râpé. 

Un autre plat typique : tagliatelle ou tagliolini (tajarin), des pâtes à l'œuf assaisonnées au beurre rissolé et truffes. Un plat habituel de la cuisine piémontaise est le risotto, préparé selon différentes recettes et, puis, les gnocchi de pommes de terre alla bava et les lasagnes all'albese. 

Les potages de légumes, de pâtes et haricots - de riz et châtaignes sèches - de riz et haricots, d’où dérivent (en y ajoutant un petit saucisson) la panissa de la région de Vercelli, la panissa de la région de Novara et la tofeja de la région du Canavese. 

Un plat typique et véritablement unique est la bagna cauda, à base d'ail, d'huile, d'anchois et de plusieurs autres ingrédients, qui est une sorte de rite : les convives trempent dans la bagna cauda (sauce chaude) maintenue à la juste température, dans de petits récipients en terre cuite, placés sur des réchauds, les légumes frais et crus dont la région est riche, coupés en morceaux. 

Les plats principaux

Le brasato al barolo et le bollito mistodoivent leur renommée aux fameuses viandes de bœuf du Piémont que l'on accompagne de sauces appétissantes. 

La financière est un plat de viandes, champignons, petits pois, auxquels on ajoute du vin Barbaresco et de la cannelle (son nom dériverait du fait qu'il s'agissait du plat préféré des opérateurs de la Bourse et de la haute finance de Turin). 

Fritto misto alla piémontaise. Ingrédients principaux : escalopes de veau, côtelettes d'agneau, foie, batsoà, cervelle, poulet, saucisse. Et encore, légumes, fruits et pâtisserie, les seuls exclus étant les poissons. 

Œufs à la Béla Rosine : œufs durs coupés et nappés de mayonnaise. 

Le Fricandò, à base de viande de bœuf, saucisse et poulet. 

Quelques autres spécialités portant le label Turin ou Piémont :

Poivrons farcis de riz à la turinoise ; escargots et saucisse, escargots en sauce de tomate, veau farci au vin Barolo, Polenta et fondue, polenta consa (avec fondue et truffes), polenta carbonade avec fondue et ragoût. 

Truites des nombreux élevages et torrents, à la saveur délicate, préparée en manière excellente, au beurre et à l'huile. 

Poulet sauté chasseur, grenouilles frites et à la vercellese. Artichauts farcis à la Turinoise, avec viande de veau, poulet, truffes, jambon cuit. 

Steak à la Grissinopoli ou à la Turinoise, pané avec des gressin rubatà émiettés grossièrement (au lieu de la chapelure), de sorte à en conserver la saveur caractéristique et l'effet croquant et pizza à la piémontaise, aux poivrons jaunes, rouge et vert émincés. 

La truffe blanche

La truffe blanche ou trifola (tuber magnatum Pico) est la saveur par excellence de la gastronomie piémontaise et mérite un chapitre à part. Ce précieux tubercule que l'on trouve, en particulier, dans la région de Alba et de Asti été défini un mystère poétique du monde gastronomique. 

Sa qualité majeure réside dans son parfum pénétrant, aïgu et subtil. On dit qu'elle posséderait des pouvoirs aphrodisiaques. 

En Piémont, es truffes blanches valorisent et ennoblissent de ombreux plats typiques. On les mange crues, émincées en lamelles sur les mets les plus divers : sur le risotto, sur la fondue, sur les agnolotti, sur les tagliolini, sur le gibier, avec la salade (le plat préféré du roi Humbert Ier) et avec la bagna caoda. 

La charcuterie

Le produit piémontais le plus typique est le salam 'dla Duja, de viande de porc, que l'on conserve dans des récipients en terre-cuite ou en verre et puis, le saucisson d'oie de Novara(avec lard de porc) et le spalot (jambon de devant) de la région de Biella. 

Les fromages

Notre Piémont a une grande tradition pour ce qui concerne les fromages, une conséquence naturelle de l'excellent niveau de ses élevages bovins. Nous nous bornerons à mentionner : la Gorgonzola, la Robiola de Roccaverano, Murazzano ou Toma des Langhe, le Castelmagno, le Raschera, le Battelmatt ou Grasso d'Alpe, sans oublier les fromages moins nobles, mais à la saveur tout aussi agréable, tels que les tomini, les paglierine et les seirass (ricotta), qui sont produits dans toute la région. 

Les fruits et les douceurs

La richesse des fruits de la région et les friandises locales est telle qu'il n'y a que l'embarras du choix. 

Les vins

Comme on le sait, dire Piémont veut dire vin. Le Piémont est la seule région d'Italie qui a activé, depuis longtemps, un réseau, assez complexe pour la connaissance et la qualification des vins. Il compte neuf oenothèques (souvent installées dans de vieux châteaux) et de nombreuses " boutiques du vin" ; deux importants musées œnologiques, le musée Martini & Rossi à Pessione (Turin) et le musée Bersano à Nizza Monferrato. 

Le Piémont est la région d'Italie des vins qui s'imposent. 75.000 hectares de sa surface sont couverts de vignobles qui produisent 700.000 tonnes de raisin noir et blanc et 44 vins A.O.C. (appellation d'Origine Contrôlée) et A.O.C.G. (A.O.C. Garantie) ainsi que d'innombrables vins V.Q.P.R.D. (vins de qualité produits dans des régions données) et des vins de table à appellation géographique. 

Les vins A.O.C.G. sont contrôlés par des commissions de dégustateurs ad hoc, qui délivrent, à titre de garantie, des timbres spéciaux d'Etat, que les producteurs appliquent sur chaque bouteille. 

Voici les noms des vins A.O.C. et A.O.C.G que nous indiquons en parcourant un itinéraire idéal qui, à partir, des Langhe et du Monferrato, traverse les régions du Canavese et de Biella, la zone de Ovada et de Acqui, touche Chieri et Tortona, la région de Ivrea et s'engage dans un certain nombre de vallées alpines: Barolo (A.O.C.G.), Barbaresco (A.O.C.G), Barbera d'Alba, Barbera d'Asti, 

Barbera del Monferrato, Barbera delle colline Tortonesi, Boca, Brachetto d'Acqui, Bramaterra, 

Caluso Passito del Canavese, Carema, Cortese (blanc) di Gavi, Cortese dei Colli Tortonesi, 

Cortese del Monferrato, Dolcetto d'Alba, Dolcetto di Asti, Dolcetto delle Langhe Monregalesi,

 Dolcetto di Diano d'Alba, Dolcetto di Dogliani, Dolcetto di Ovada, Erbaluce (blanc) di 

Caluso, Fara, Freisa di Chieri, Freisa di Asti, Gaviano, Gattinara, Ghemme, Grignolino d'Asti, 

Grignolino del Monferrato, Lessona, Malvasia di Castelnuovo Don Bosco, Malvasia di Casorzo d'Asti, Moscato (blanc naturel) d'Asti, Moscato d'Alba, Asti Spumante, Nebiolo d'Alba, Roero, Roero Arneis (blanc), Rubino di Cantavenna, Ruché di Castagnole Monferrato, Sizzano, Loazzolo. 

Quelques mots sur les vins les plus fameux :

* le Barolo (A.O.C.G.), Roi des vins et vin des rois. Il jouit d'une renommée internationale

et il est produit dans onze communes de la zone de Barolo (Côni). Période de maturation obligatoire de deux ans, dans des tonneaux de rouvre. Degré d'alcool 13. 

* le Barbaresco (A.O.C.G.). Il est produit dans quatre communes de la zone de Alba, Barbaresco, Neive, Treiso. Maturation : deux ans dont un dans des tonneaux de rouvre ou de châtaignier. Degré d'alcool : 12,5 min. La période optimale pour la dégustation de ce vin se situe entre la cinquième et le dixième année d' age. Idéal pour accompagner les viandes rouges et le gibier. 

* le Barbera: dans ses trois présentations : Barbera normal (degré d'alcool : 1,5), Barbera supérieur (degré d'alcool 12,5), Barbera amabile frizzante (moelleux, pétillant) est le vin le plus diffusé en Piémont. D'après des documents du XIIIe siècle, son nom dériverait de berbexina et devint ensuite Barberisina et enfin Barbera. 

* le Grignolino est un autre vin piémontais très connu, qui dériverait son nom de grignola, traduction, en dialecte local, de pépins, dont ce vin est particulièrement riche. 

* le Cortese, vin blanc sec, produit dans la zone d'Alessandria et de Asti à la saveur sèche, frais, à faible degré d'alcool. Il accompagne bien le poisson.

Les "spumanti" (vins champagnisés)

Le Piémont produit beaucoup de spumanti bruts et doux, en adoptant des méthodes différentes :

* La Méthode Traditionnelle Champenois. Il s'agit du système le plus ancien pour obtenir un vin champagnisé, qui comporte une fermentation très lente en bouteille et une longue maturation du vin désormais champagnisé (deux à trois ans), avec l'adjonction de levures (c'est la méthode classique pour les Brut). 

* Méthode Charmat. Contrairement à la méthode Champenois, le procédé ne se fait pas en bouteille, mais dans de grandes cuves (cuves closes). La méthode Charmat est considérée la plus appropriée pour l'Asti Spumante (A.O.C.)

Le Asti est le plus typique parmi les spumanti doux, si bien qu'il est considéré le Roi italien des toasts. Contrairement au Champagne qui est obtenu avec des raisins noirs, le Asti est produit avec des Muscats blanc ambrés. L'histoire de ce vin blanc champagnisé remonte au XVIe siècle. Quatre siècles de champagnisation, 130 années qui se sont écoulées, depuis la première expérience faite par Carlo Gancia à Canelli et plus de quarante ans depuis la constitution du consortium de sauvegarde pour aboutir enfin, à la reconnaissance méritée A.O.C. Les collines de Canelli dans la zone de Asti sont encore de nos jours le coeur de la production du raisin muscat de Asti. 

Le secret du Asti Spumante réside dans le fait que ce vin conserve l'arôme du raisin, dont l'intensité est savamment équilibrée et la sensation de douceur est atténuée par une juste fraîcheur. L'un et l'autre sont soulignés par le faible degré d'alcool et par l'effet pétillant du vin. 

Plus de la moitié de la production locale de spumante italien provient du Piémont et 80 % est exportée dans le monde entier. 

Le Piémont s'enorgueillit de posséder les industries vinicoles les plus grandes d'Italie, parmi lesquelles, il y a lieu de mentionner : Martini & Rossi, Cinzano, Gancia, Barbero, Riccadonna, Bosca et biens d'autres. 

Et pour conclure cet aperçu bref et incomplet 

Les liqueurs et les digestifs

Le Vermouth de Turin est connu dans le monde entier (le premier, en date, est celui produit par la société Carpano). 

Il est essentiellement composé de vin blanc (à l'origine, un vin de la colline turinoise) et d'extraits et d'infusions de nombreuses herbes aromatisées (près de 30), d'épices, de racines (armoire, achillée, gentiane des Alpes, cannelle, quinquina calissaja, rhubarbre ...). 

Le Barolo chinato dont le principal additif est la China calissaja et plusieurs amers digestifs locaux, bon nombre d'eaux-de-vie (brande) dérivées de plusieurs raisins, parmi lesquelles s'impose celle de Barolo. Nous avons parlé, jusqu'ici, de déjeuners et de diners mais si, vers la moitié de la matinée ou de l'après midi vous souhaitez vous payer un intermezzo corroborant, Turin vous en offre la possibilité. Dans les cafés du centre historique, on peut demander un bicerin (petit verre, dit de Cavour qui était un connaisseur!). 

Cette boisson est un mélange savamment dosé de café expresso et de chocolat chaud que complètent une goutte de lait, une bouffée de crème fouettée et de cacao, le tout servi avec de la ravissante pâtisserie. 

Les spécialités œnogastronomiques 

Le plaisir, le goût d’être à table se détendre dans les accueillants restaurants ou dans les sympathiques auberges de montagne. Se surprendre en dégustant les recettes traditionnelles, accompagnées par des vins extraordinaires. N’est-ce une image suggestive ? 

Escargots
Vous pouvez les déguster dans la zone de Borgo San Dalmazzo, ville où le mois de décembre a lieu une importante foire en leur honneur. 

Bagna caoda
Typique sauce à base d’ail et anchois où l’on trempe des crudités et légumes cuits. Curieux aussi le poêlon en terre cuite pour le service. 

Croset
Type de pâtes semblable aux gnocchis, mais frisé et plus rêche, s’adaptant mieux à absorber la sauce. Servi d’habitude avec une sauce à base d’oignons et fromage local. 

Castelmagno
Exceptionnel fromage AOP de la vallée Grana. Produit avec du lait de vache, il prend un parfum et un goût particuliers après une maturité de 2-5 mois. Il entre en nombreuses recettes typiques. 

Raschera
Savoureux fromage AOP, produit spécialement dans la zone près de Mondovi. Au lait de vache, on ajoute du caille liquide ; on le trouve en forme cylindrique et carrée. Excellent dans toute recette. 

Tumin del Mel
Excellent fromage, produit notamment près de Melle, à la forme caractéristique et au goût très agréable. 

Seirass
C’est une ricotta, un fromage frais obtenu avec le sérum du lait de vache, excellent pour sa qualité et pour sa spéciale confection avec l’utilisation du foin. 

Agneau Sambucano
Race ovine présente en quelques cheptels dans la zone de la Stura de Demonte. Sa viande est d’excellente qualité. 

Chapon de Morozzo
Poulet indigène châtré selon les procédés ancestraux. Récemment, il a connu un grand succès grâce à son excellente viande et aux célébrations de décembre. 

Poule blonde
Poule indigène, que l’on reconnaît au plumage doré, la petite tête et la crête vigoureuse. Sa viande est exquise, grâce aux spéciales méthode d’élevage. 

La Piémontaise, race bovine
Cheptels élevés surtout dans la zone de Savigliano, caractéristiques en raison de la puissance musculature. L’on obtient une viande exquise, servie en beefsteak typique de 500-700 grammes, nommée « Madama la Piemonteisa » . 

Champignons
D’excellente qualité et, habituellement, de grande diffusion. On les trouve facilement dans les nombreux bois qui entourent Cuneo et ses vallées. 

Pommes de terre
Très importante est la variété produite près d’Entracque, caractéristique pour sa sapidité et pour les excellents résultats en toute recette. (À ne pas manquer la foire en fin de septembre). 

Carottes
D’extraordinaire qualité, ce légume est produit à San Rocco Castagnaretta, zone où la terre particulièrement fertile et les spéciales techniques de production confèrent un goût extrêmement doux. 

Haricot de Boves
Variété borlotto à la couleur rouge bariolé, sa consistance et ses qualité se révèlent dans le marsenc, plat typique de la zone. 

Fraise de Peveragno
Fruit excellent et au goût exquis, cultivé, avec d’autres petits fruits, dans la zone de Peveragno, où le terrain est particulièrement favorable et l’on utilise encore les techniques traditionnelles. 

Châtaignes et marrons
Certifiés dans la zone par les labels IGP et AOP, qui en mettent en évidence les très appréciées qualités. Encore plus spéciale est la variété dans la confection. Pensez au marron glacé… 

Cuneesi
Produit de haute pâtisserie typique, réalisé avec pâte de cacao, noisettes indigènes hachées et rhum entourée par une croustillante coquille de chocolat. Exquis, au goût intense et joué sur le contraste doux-amer. 

Gianduja
Typique pâte de chocolat et noisettes, au goût incomparable. 

Poisson de fleuve
Les rivières et les lacs de la zone sont très riches en poissons de grande qualité. 

Anchois
L’histoire des anchois est singulière dans la Vallée Maira, puisque autrefois les marchands de la zone descendaient en Ligurie pour échanger la toile de chanvre avec ces précieux poissons. Encore à nos jours, une foire paysanne, où l’on sert des délicieuses dégustations, rappelle ces difficiles voyages. 

Et à quelques minutes…

 Vins : produits notamment dans la zone de Bra et Alba, tous d’excellente qualité, peut-être les meilleurs au monde. Pour en citer quelques-uns : Barolo, Barbaresco, Arneis, Asti, Dogliani, qui ont reçu le DOCG, et Nebbiolo, Barbera d’Alba, Verduno Pelaverga, Dolcetto d’Alba, des DOC. Rouge, les premiers quatre, blanc le dernier, ils ont tout obtenu le label AOCG et s’adaptent très bien à table avec n’importe quel plat, mieux si typique de la zone. 

 Truffe : une autre merveille produite par le terroir autour de Cuneo; au goût intense, excellent sur le risotto, les pâtes et les viandes. Incomparable, sa qualité. 

 Bue grasso di Carrù : qualité de bœuf particulièrement appréciée, traditionnellement servi sous forme de bollito. 

 Bra tendre et Bra dur : excellents fromages obtenus du lait de vache, plus doux et agréable le premier, plus piquant et intense le deuxième. 

 Biscuits de Pamparato : classique biscuit de maïs, confectionnés avec une spéciale méthode dans la terre de la tradition sarrasine. 

 Courge : exquise celle produite près de Piozzo, à la caractéristique couleur jaune. 

Piémont s'étendant des Alpes à la plaine du Pô, capable de présenter des physionomies aussi opposées que calme bucolique des des villages alpins et l'activité industrielle de Turin, le Piémont exprime sa diversité jusque dans ses vins. Nulle autre contrée n'est parvenue à produire sur une telle échelle des vins exceptionnels aussi différents que le Barolo et l'Asti Spumante. Les blancs comptent pour un quart dans la production totale du Piémont, et le muscats fournit une bonne partie des blancs : Asti Spumante, etc. Le nebbiolo (ce nom dérive de nebbia, la brume fréquente au Piémont) est le meilleur cépage rouge italien, fournisseur des grands rouges que sont le Barolo, le Barbaresco et le Gattinara, et d'autres remarquables : Carema, Ghemme, Sizzano, Nebbiolo d'Alba. Le nebbiolo est empreint d'une certaine amertume qui peut renforcer son caractère astringent si le vin n'est pas vinifié correctement. Sa longévité est proverbiale ; il faut laisser à ses tanins le temps de s'adoucir, et la décantation sera de règle. Le barbera, cépage rouge le plus répandu en Piémont (la moitié de l'encagement) et l'un des plus grands italiens, est capable de donner des vins colorés, savoureux, puissants, tanniques et acides, mais aussi des vins de tous les jours. Le dolcetto, cépage piémontais peu acide donnant des vins à consommer en primeur, et le grignolino, sont comparativement de moindre qualité. Les collines Langhe, entre le Val d'Aoste et la côte ligurienne, ne se contentent pas de produire noisettes et confiseries : elles sont aussi le pays de la truffe blanche, et des meilleurs vins de nebbiolo. Barolo Il s'agit du nec plus ultra rouge italien, produit par 1.200 hectares délimités en DOCG. Une dizaine de communes sont concernées, sur la rive sud du Tanaro, au sud-ouest d'Alba : Barolo, La Morra, Monforte, Serralunga, Verduno, Catiglione-Falletto etc. On envisage maintenant de délimiter une cinquantaine de Crus. Les amateurs Français seront tentés de faire le rapprochement avec le Côte Rôtie. D'un beau rouge grenat lumineux, exhalant des arômes de framboise et de truffe, très tannique, corsé, alcoolisé (au minimum 13%vol), puissant, mûr, il offre au palais des saveurs profondes. Incontestablement complet et harmonieux, ce vin de grande race est capable, dans les meilleurs millésimes, de supporter avantageusement un vieillissement d'une quinzaine d'années. L'appellation simple garantit un élevage de 3 ans, dont 2 en fussent de chêne ou de châtaignier ; la mention Réserva : 4 ans ; et Riserva speciale : 5 ans. Les vins de Serralunga et de Monforte sont plus tanniques, de longue garde. À La Morra et Barolo, ils sont relativement plus légers et buvables plus jeunes. Il faut patienter au minimum 5 ou 6 ans avant de déboucher une bouteille. Lorsque le vin est fait dans le style traditionnel, il convient de le décanter afin de l'aérer, et cela, si possible 24 heures à l'avance. Mais un style nouveau émerge, qui donne un vin plus léger et consommable plus jeune. Quoi qu'il en soit, le Barolo accompagne bien les gibiers, truffes, champignons, et viandes fumées. Barbaresco Le Barbaresco, DOCG, est un vin de nebbiolo, produit au nord-est d'Alba, autour de Barbaresco, Neive, et Treso. Quoiqu'issu du même cépage et élaboré dans des zones de production voisines du Barolo, le Barbaresco s'avère assez différent de son illustre rival. Relativement plus léger et tendre, mais encore tannique et concentré, c'est l'un des tout meilleurs vins italiens, très distingué. Les meilleurs sont complexes à souhait, avec un bouquet mûr de sous-bois, de réglisse, de fumée, et une saveur épicée persistante. L'appellation simple garantit 12,5%vol et 2 ans de fût. La mention Riserva garantit 3 ans, et Riserva Speciale 4 ans. Ce sont des vins à attendre au minimum 4 ans, parfois 6 à 8, et qui peuvent être conservés 10 à 15 ans. Ils accompagnent très bien les gibiers et le boeuf braisé. Table 1. Millésimes récents en Barolo et Barbaresco Année Qualité et garde 1987 Année passable. Des vins légers, à boire sans plus tarder. 1988 Très bon millésime dans les meilleurs Crus. 1989 Bonne année, malheureusement amputée par la grêle. 1990 Excellent millésime qui se bonifiera jusqu'à la fin du millénaire. 1991 Année médiocre. 1992 Année passable. Les vins, légers, n'imposeront pas une très longue attente. 1993 Résultats inégaux. Les bons vins méritent d'être attendus jusque vers 2000. D'autres peuvent être bus dès 1997. Gattinara DOCG depuis 1991, cette appellation doit son nom à un village du nord du Piémont, entre Turin et le lac Majeur, à l'est de Biella. Il s'agit d'un rouge d'excellente qualité et de longue garde, rappelant le Barolo et comparable aux meilleurs Côtes-du-Rhône. Issu de nebbiolo, mais admettant le bonarda dans une proportion de 10 % maximum, ce vin à la couleur intense, avec un fin bouquet floral et des notes épicées, corsé et tannique, dur dans sa jeunesse, se bonifie joliment avec le temps. L'appellation simple garantit que le vin a subi un élevage d'au moins 4 ans dont 2 en fût, et titre 12%vol au minimum. A attendre au moins 4 ans, il peut être conservé une dizaine d'années. Cependant, le pire peut côtoyer le meilleur dans cette appellation, aussi convient-il d'être sélectif quant aux sources (voir plus loin Meilleurs producteurs du Piémont). Le Gattinara accompagne bien les viandes rouges sautées ou rôties, le gibier à plumes, le gorgonzola. Ghemme Cette DOCG voisine du Gattinara est sa rivale en qualité. Le Ghemme est produit en quantité restreinte. Outre le nebbiolo, il admet le bonarda et le vespolina. Il subit un élevage de 4 ans dont 3 en fût. Le résultat est un très bon rouge sec, aromatique, corsé, charpenté, tannique, titrant 12%vol, qui peut être conservé 8 à 10 ans. Autres vins de nebbiolo Carema : sur les terrasses de ces collines abruptes, le nebbiolo est appelé pugnet, ou picotener. Il fournit un rouge sec titrant 12%vol, plus tendre et velouté que le Gattinara. Après un élevage de 4 ans dont 2 en fût, il faut l'attendre 5 ans, mais il est conservable 8 à 10 ans. Meilleur producteur : Luigi Ferrando. Nebbiolo d'Alba : Produit d'une aire située entre celle du Barolo et celle du Barbaresco, ce vin de pur nebbiolo, paré de la belle robe commune à tous les vins de ce cépage, affiche une santé insolente. D'une ample palette aromatique, onctueux et persistant au palais, mais plus léger que ses deux célèbres voisins, il apprécie un élevage d'un an. Il demande à être attendu 3 ans et peut être conservé 5 ans. Il est parfois vinifié en doux effervescent. Sizzano : Le vin produit à Sizzano, issu majoritairement de nebbiolo, complété par du vespolina et du bonarda est un agréable rouge sec, corsé, titrant 12%vol. Il convient de l'attendre 3 ans, et il est capable de vieillir 5 à 6 ans. Dommage que ce vin soit en cours de disparition. Fara, fait à Novara, est issu de nebbiolo pour 30 à 50 %, complété par du vespolina et du bonarda. Ce vin parfumé et tannique est conservable de 4 à 6 ans. Bramaterra est issu de nebbiolo pour 50 à 70 %, complété par du croatina, du bonarda, et du vespolina. Très coloré, présentant des arômes de violette, il est épicé, corsé, tannique. La mention Riserva garantit 3 ans d'élevage dont 2 en fût. Ce vin, qu'il faut attendre 4 ans, se conserve 8 à 10 ans. Lessona, issu de nebbiolo, vespolina, et bonarda, est trop rare. Souple et peu tannique, il doit être bu dans les 4 à 6 ans. NB : les Barolo et Barbaresco insatisfaisants sont déclassés en Nebbiolo delle Langhe ou Nebbiolo del Piemonte, des vins de table parfois excellents. Exemples : chez Aldo Conterno : Il Favot chez Pio Cesare : Il Nebbio chez Elio Altare : Vigna Arborina En outre, Migliorini fait Bricco Manzoni, coupage de première classe de nebbiolo et barbera. Vins de barbera Le barbera est, après le sangiovese, le cépage le plus répandu en Italie. Au Piémont -son terroir d'élection- il apparait comme l'un des tout meilleurs cépages italiens, tannique, noir et acide. A condition d'en modérer le rendement (ce qui n'est pas toujours le cas), il peut fournir de très bons vins, colorés, savoureux, riches, puissants, auxquels l'âge mûr confère une grande harmonie. Deux DOC jouissant d'une grande réputation l'emploient exclusivement : Barbera d'Asti, le plus répandu, et Barbera d'Alba. La mention "Superiore" garantissait 13%vol et un élevage d'un an en fûts. Il convenait alors de les attendre 3 ans, et de les boire à 6 ans maximum. Sous leur robe d'un rouge rubis intense, ces vins sont secs, ronds, savoureux. Le Barbera d'Alba est gras, corsé, de bonne garde sans toutefois excéder 5 ans. Le Barbera d'Asti est plus léger et souple. D'autres appellations, attribuées à des coupages de barbera, sont des vins à boire jeunes : Rubino di Cantavenna, bon rouge vif de 11,5%vol produit par la coopérative, contient aussi du freisa et du grignolino. Ce vin léger et frais est à boire avant la fin de sa troisième année. Barbera del Monferrato, ordinaire, peut contenir jusqu'à 10% de dolcetto, freisa, et grignolino. Selon les millésimes et les producteurs, ce vin fruité est tantôt tendre, voire mou, tantôt frais et vif, et parfois légèrement pétillant. La mention Superiore garantissait 2 ans d'élevage. Il faut alors l'attendre encore 2 ans, et le boire avant 6 ans. Colli Tortonesi barbera, sec, 11,5%vol, peut contenir aussi du bonarda, du dolcetto, et du freisa. Ce vin ordinaire, un peu rustique, à attendre 2 ans, est conservable 4 à 6 ans. Meilleurs produits de barbera en dehors des DOC, chez G. Bologna : le La Monella, le Bricco della Bigotta, et le très bon Bricco dell'Uccellone, vieilli en fût. Dolcetto Le dolcetto n'est cultivé qu'au Piémont. Ce cépage est vendangé précocement afin de garder un peu d'acidité. Il donne des vins légers, d'un rouge éclatant, parfumés, souples, ronds, moelleux, au léger goût d'amande. En général, ce sont des vins pour accompagner un risotto, à boire dans l'année, à 13-14°C. Mais ceux venant des meilleurs producteurs peuvent être vraiment intéressants, au tiers, voire au quart du prix des Barolo. Sept rouges portent le nom de ce cépage, suivi du nom d'origine. Dolcetto d'Alba est souvent considéré comme le meilleur, suivi par Dolcetto di Diano d'Alba, très proche du précédent, Dolcetto di Ovada, Dolcetto di Dogliani, Dolcetto d'Asti, Dolcetto d'Acqui, le plus léger, et Dolcetto delle Langhe Monregalesi, de moindre intérêt. Les Freisa Ce sont des vins très populaires au Piémont. Freisa d'Asti et Freisa di Chieri empruntent à la cerise sa couleur, à la framboise et à la violette leurs arômes. Ces vins acidulés, qui doivent titrer au moins 10,5%vol, peuvent se vinifier en sec, moelleux, tranquille ou pétillant naturel. La mention Superiore garantit un an d'élevage. Un tel vin gagne en rondeur au cours d'un vieillissement modéré. Asti Environ cinquante communes des provinces d'Asti, Coni (Cuneo), et Alessandria, produisent le plus grand effervescent italien, sous deux appellations très voisines, toutes deux attribuées à des vins blancs, doux et fruités comme il sied à des vins de muscat. Ce sont des mousseux non millésimés que les Italiens préfèrent prendre après le repas : Moscato d'Asti, de couleur jaune d'or, est un perlant qui doit titrer 11,5%vol; Asti Spumante, ou Asti, plus pâle et d'une mousse en principe plus fine et plus persistante, titrant au moins 12%vol, est plus réputé, mais cependant fait en cuve close. Ces deux appellations ont été récemment promues en DOCG. Moscato naturale d'Asti, plus léger, moins vif, ne résiste guère à la comparaison avec ses illustres rivaux. Ces vins sont élaborés principalement à partir de muscat, qui peut être complété par de l'arneis, de l'erbaluce, du cortese, voire du riesling. L'élaboration d'un mousseux de muscat exige des précautions. Si on épuise le sucre lors de la première fermentation, le vin perd son arôme quand on le fait refermenter par addition de sucre. L'Asti Spumante est donc fait selon des méthodes adaptées au muscat, différentes de celles pratiquées en France pour les mousseux en méthode champenoise. Ici, on ne traite pas du vin, mais du moût ; le moût est décanté dans une galerie réfrigérée, le froid empêchant la fermentation. Puis il est mis en cuve close où il va fermenter pendant un mois. Autre différence avec la méthode champenoise, c'est le gaz carbonique résultant de cette première fermentation alcoolique qui donne la mousse. Une mousse certes moins abondante et persistante que celle des vins faits selon la méthode champenoise, mais au moins ce procédé préserve le parfum et le goût délicieux du muscat. Voir chez Fontanafredda, Rivetti, Castello di Neive, Marchesi di Gresy. Autres vins du Piémont Bonarda, cortese, grignolino, malvasia, erbaluce, sont des cépages d'intérêt relativement secondaire. Le cortese produit cependant le réputé Gavi, ou Cortese di Gavi. Ce DOCG récent est un blanc souvent pétillant mais rarement vif. Léger, très peu alcoolisé, il peut être très bon, mais décidément trop cher pour ce type de produit. Le Colli Tortonesi cortese, blanc sec de 10%vol, est à boire sur place ou à ignorer. Du grignolino sont issus deux rouges passables (désaltérants au mieux, et alors agréables en pique-nique) titrant 10,5%vol : le Grignolino d'Asti et le Grignolino del Monferrato Casalese. Erbaluce di Caluso est un blanc sec, moelleux, ou doux, titrant 11%vol dans sa version ordinaire, et qu'il faut alors ignorer ou boire dans sa prime jeunesse. Mais sa version passito, titrant au moins 13,5%vol, est remarquable. Vieilli au minimum, 5 ans, le passito est conservable 10 ans ou davantage. Malvasia di Casorzo d'Asti est un rouge doux, titrant 10,5%vol, parfois pétillant. Arneis est un blanc sec léger, à boire dans sa prime jeunesse. A découvrir chez Bruno Giacosa ou chez Voerzio, ou au Castello di Neive. Roero, zone située au nord d'Alba, fournit un rouge de nebbiolo, conservable 3 à 5 ans, qui peut choisir aussi l'appellation Nebbiolo d'Alba ; et un blanc d'arneis, sec et nerveux, parfois effervescent, à boire sans attendre. Brachetto d'Acqui, DOCG récente, est un rouge clair, doux, pétillant, obtenu en cuve close. Loazzolo est un blanc de moscato bianco, élevé 2 ans dont 6 mois en barriques de chêne. Bon apéritif. Plusieurs DOCs nouvelles voient le jour avec la vendange 1995 : Piemonte :

Gastronomie Piemontaise 


Boris Ambrosone
Barolo est considéré comme le meilleur vin italien et truffes blanches d'Alba, sont la carte de visite de la cuisine piémontaise.
Une cuisine d'une ancienne tradition qui au fil des ans a su conserver ce caractère hybride de l'art culinaire de grande classe combinée avec des saveurs parfois grossier, de civilisation, comme en témoigne son utilisation, l'ail, parfois sans scrupules à saveur les sauces, les sauces et les soupes.
Recettes de poursuite noble et pauvre et se mêlent harmonieusement, se mêlent, créant l'une des plus excentrique de la nourriture et du vin italien.
Les entrées Piemontese cuisinent .

C'est un apéritif pour représenter la cuisine la plus distinctive du Piémont. C'est la Bagna Cauda , soupe, ou plutôt, de la sauce, faite à partir d'anchois, l'ail et l'huile d'olive. Une saveur typique de la région, bien que les ingrédients ne sont pas généralement Piémont.
Ail toujours, sans limitation, à la Soma, un autre apéritif bien connu du Piémont, qui est accompagné par des raisins.
Toujours excentriques, deux autres apéritifs, viande, strictement crue, émincé ou haché cuit dans du citron et l'ail avec plus remarquable de l'inévitable.
Propositions les plus délicats haricots all'astigiana avec pansement à base de Barbera et saucisses Mondrogne dans la région d'Alexandrie.
Les plats typiques du Piémont.

L'utilisation de la truffe blanche d'Alba dans les premiers plats piémontais à la vie avec une série de délices incomparables.
Une longue liste de cours qui utilisent la truffe comme ingrédient principal, même si les Piémontais croient que la meilleure expression se produit en quelques secondes à plat.
Riz, nouilles, pâtes à la main sont parmi les combinaisons les plus fréquentes avec la truffe.
Même la châtaigne, du second ordre, est un élément largement utilisé dans les premiers plats piémontais, parfois même combinés avec des champignons ou à aromatiser les soupes, les plats de riz et les tartes.
Parmi les meilleurs plats les plus typiques, mais très spécial, il est brodera, un risotto dans un bouillon avec de la viande et du sang de porc et la viande de poulet.
Un autre est la mesure sui generis Sciüghèt , une soupe avec du lait et le vin rouge, dans lequel est ajouté à la farine pour une consistance plus solide.
Ne manquez pas la Paniscia de Novara , risotto cuit avec l'utilisation de différents types de viande de porc et les produits du jardin.
Pour les plats principaux, dédiés à l'ouverture braisé au Barolo, boeuf cuit avec des légumes et des épices, notamment le genévrier, la cannelle, romarin et revenir avec une grande quantité de Barolo (attention , cependant, préfèrent souvent Barbera, du bon vin, mais la différence remarquée ) .
Le all'astigiana de lapin est une autre caractéristique portée, ici aussi, nous trouvons le vin pour compléter la cuisson.
Les fromages sont des variantes intéressantes dans le repas piémontais à ce dernier. Il convient de noter Bra, qui tire son nom de la ville de la production, des pâtes, dures ou molles selon l'assaisonnement, le goût fort et caractéristique.
Bonbons pâtisserie piémontaise.

Laissant de côté la gianduiotto , devenu trop commercial, mais il est intéressant de tester dans le Piémont, dans quelques pâtisseries loin des grands centres mentionner deux doux Alexandrins, de Marengo Polenta aux amandes et la farine de maïs et Giacometta , précurseur de Nutella .
Amaretti di Saronno également très bien connu et Fourbes de Casale Monferrato .
La châtaigne, comme la noisette, d'ailleurs, est l'un des principaux ingrédients de pâtisserie Piémont. Est traitée et offert comme pudding, recouverts de chocolat ou transformé en journal parfait .
De tradition paysanne, cependant, a été remis la Torta de San Pedar , simple mais étonnamment bon, étant donné que l'ingrédient principal est du pain rassis.
Pas non plus possible d'omettre la Savoie et le gâteau savoyard, les premiers biscuits d'œufs sont maintenant vendus à l'échelle industrielle, la seconde est une tarte à la crème d'oeuf et le sucre.
Les meilleurs vins du Piémont.

Nous supposons que le Barolo n'a pas besoin d' introduction, puis nous passerons en revue les vins, pour ainsi dire Piémont secondaire.
Aussi de la vigne qui donne la vie aux vins de Barolo tirent de haut niveau, tels que le Ghemme et Gattinara , moins important, mais avec une très longue tradition.
Raisins proviennent de la région de Monferrato aussi connu comme Barbera et Grignolino , toujours rester sur le rouge plus ou moins structurée. Dolcetto moins exigeant.

 

 

Grissini, l'invention du Piémont, l'exportation de produits à succès international.

Ravioli Plin, pochettes de pâte farcies de viande d'oeuf.

Tajarin, fines nouilles aux oeufs, les pâtes faites à la maison, typique de la région de Cuneo.

Risotto.

Plain Rabaton entre Alessandria et Tortona, un mélange de ricotta, les oeufs, les épinards et plus encore.

Miacce, salé et gaufres croustillantes, typique de la province de Vercelli.

Saucisses:

Salame di Cuneo.

Le Doja, saucisse couverts avec du saindoux fondu. Debìve son nom du récipient dans lequel il est établi, un panier d'argile juste Doja dit.

Mortadelle de foie, appelé fidighin, accompagné brûlée Barbera et purée.

Le Meiron'd Crave, chèvre mariné fumé.

Je en forme de saucisse ou de canard, oie ou du cou pleine saveur.

La poule blanche du Piémont.

La tête dans la boîte, d'abats saucisse (tête, la gorge, la langue et de la gorge de la graisse de porc).

Bresaola Ossola, de veau et les épices (poivre, cannelle, clous de girofle, le thym et le vin blanc), parfois avec le cheval.

Parmi les nombreux desserts que vous avez mentionnés:

Bicerin, le lait au chocolat et café.

Les pralines, qui tient son nom du célèbre maschra Piémont et de Turin est une invention consistant en une pâte avec du cacao, sucre, beurre de cacao et noisettes du Piémont.

Bonet ( "chapeau"), le pudding, faite avec du chocolat et amaretto.

Coquilles Saint-Jacques, des biscuits fabriqués en plusieurs saveurs: chocolat, noix de coco, pistache, citron, etc.

Je krumiri, en forme de V biscuits, produits dans la zone de Casale Monferrato.

Je baci di dama (par exemple celles de Tortona).

Le gâteau aux noisettes.

Amaretti.

Nougat de noisettes.

Bicciolani, biscuits épicés.

Mustaccioli, des biscuits, du vin et d'épices.

Le miel, produit un po 'toute la région.

Liqueurs

Peanuts Chivasso.

Liqueur.

Vermouth, le vin aromatisé à l'apéritif inventé à Turin en 1786.

Vermouth

L'histoire... Les ingrédients 

En 1786

Place de la Foire (l'actuelle Place Castello), au coin de la rue de la Palme (rue Viotti), à Turin, était Monsieur Marendazzo dont le commis s'appelait Antonio Benedetto Carpano, émigré de Bioglio Biellese. Ce dernier, ayant particulièrement apprécié les qualités surfines du muscat, décida, un beau jour, de le transformer en un vin aromatisé en y ajoutant des herbes et des épices, dont il avait appris les qualités secrètes, par certains moines de sa vallée. 

Ainsi naquit le Vermouth

Les turinois prisèrent la nouveauté et commencèrent à accourir à la modeste buvette de place Castello qui devint rapidement et demeura, pendant presque 40 ans, l'établissement le plus fréquenté de la ville.
Une corbeille contenant le nouveau produit fut envoyée à Victor Amédée III : il plut à tel point au roi que ce dernier fit suspendre la production du rossolis fabriqué à Cour, ce qui contribua ultérieurement au succès de la nouvelle boisson.
Le Vermouth est constitué de vin blanc et d'une infusion de plus de 30 types d'herbes et d'épices différentes, sans colorants, dont la saveur moelleuse est obtenue par une addition de sucre, sans colorants.
La naissance du Punt e Mes, c'est à dire de la version amère du Vermouth, date de 1870.
Un jour, dans la buvette Carpano, un groupe d'agents de Bourse discutait de l'allure des cotations de la journée. L'un d'entre eux qui souhaitait que l'on ajoute à son Vermouth une demi-dose de quinquina, commanda "un punt e mes", ce qui amusa tous les présents.
Mais bientôt, cette variante du Vermouth classique obtint un énorme succès, si bien qu'elle soit devenue la spécialité qui a contribué le plus au renom de la Maison Carpano, dans le monde entier.
Au XVIIIe siècle, se créa, à Turin, une véritable aristocratie des fabricants de vermouth. A Carpano, suivirent Cora, Cinzano, Martini & Rossi, Gancia, Anselmo, Ballor, Calissano, Chazalettes..., grâce auxquels le Vermouth de Turin est devenu un produit international.
Le Vermouth est excellent tel quel, mais aussi comme désaltérant, allongé avec de l'eau. En tout cas, il doit toujours être servi très froid.
Il constitue un composant indispensable pour tous les Cocktails les plus fameux. 

 

 

 

Recette de Piemont

Vers le nouveau musée égyptien en 2015 

Le musée égyptien de Turin se trouve au centre d'un grand projet de transformation et l'achèvement des travaux est fixé dans les premiers mois de 2015 

Malgré la construction, le musée est toujours ouvert au public à partir du 1er août, 2013 il s'agit d'un nouveau musée intitulé immortel, l'art et le savoir des anciens Égyptiens. 

Le Musée  Le musée égyptien de Turin est, comme celle du Caire, qui se consacre exclusivement à l'art et à la culture de l'Égypte ancienne. De nombreux chercheurs de renommée internationale, de déchiffrer des hiéroglyphes égyptiens Jean-François Champollion, qui est arrivée à Turin en 1824, depuis lors, se consacrent à l'étude de ses collections, confirmant ainsi ce que Champollion a écrit : " la route de Memphis et Thèbes passe de Turin.  Le Musée égyptien ( musée des antiquités égyptiennes correctement ) se compose d'un ensemble de collections qui se chevauchent dans le temps, à laquelle il faut ajouter les découvertes faites à la suite de fouilles menées par la Mission archéologique italienne en Égypte entre 1900 et 1935. À cette époque, il était le critère par lequel les découvertes archéologiques ont été répartir entre l'Égypte et les missions archéologiques. Le test actuel est prévu que les résultats restent en Égypte.

Grandiose construction du XVIIe siècle, plusieurs fois remaniée, agrandie, elle témoigne des interventions des artistes les plus significatifs qui travaillèrent à Turin. Elle fut la résidence des Ducs de Savoie, des Rois de Sardaigne et du premier Roi d'Italie jusqu'en 1865. 
Les appartements royaux, du XVIIe au XXe siècles, qui se visitent ont été richement décorés et aménagés selon les goûts des souverains de la maison de Savoie. 
On y trouve non seulement des meubles, mais aussi des horloges, des porcelaines et des objets en argent.



Les recettes de la cuisine piémontaise peuvent être divisées en deux catégories : ceux provenant de la noble tradition de la cour de Savoie, et ceux qui sont nés de traditions. Dans le premier cas, nous parlons des plats très riches qui ont été servis dans les somptueux banquets de la cour comme le chocolat, lait de poule, bouillis et frits mixte Piémont mixtes, etc. 

De la place dériver les recettes paysannes traditionnelles préparées avec des ingrédients simples comme panisse, la queue humide, une robe, etc. 

Les deux âmes du Piémont, la Savoie Cour des riches et les paysans pauvres ont contribué à la fois à la grande variété de recettes du Piémont. 

Il est presque impossible de parler de recettes traditionnelles sans lien avec les territoires qui composent cette région du nord-ouest. 

Un voyage gastronomique dans la cuisine piémontaise nous amène donc à travers les collines des Langhe la maison de noisettes, truffes et de grands vins. 

À travers les vastes plaines de Vercelli , Biella et Novara domaine du riz, l'ingrédient principal de risotto, et panisse paniscia . 

Pour exploiter les pentes escarpées des Alpes, où les minorités locales des Vaudois ou Walser ont donné les piémontais recettes de cuisine de grande valeur comme la soupe traditionnelle des Vaudois, le cagliette , la pirrubangada , etc. 

Sans parler des zones de lacs et de rivières où vous pourrez déguster d'excellents poissons comme la tanche Pianalto , produit AOP . 

Une mention spéciale va à fromage, dans le Piémont, il y a plus de 60 types de la fraîcheur tomini plus chevronnés comme brus ou gorgonzola. 

Les recettes de la cuisine piémontaise sont surtout connues pour leurs saveurs fortes. L' ail et les anchois bagna cauda ou l'odeur âcre de la truffe blanche du tajarin Langhe accompagnement 

Ces saveurs fortes se marient bien avec des vins rouges robustes comme le Barbera d'Asti ou d'âge comme le Barolo. 

Beaucoup de recettes historiques sont nées à Turin et s'est ensuite propagées dans toute l'Italie, et même le monde, comme la recette pour baguettes de pain, ou que des macarons Mombaruzzo . 

Heureusement, au cours des dernières années, nous redécouvrons ingrédients oubliés et des recettes traditionnelles pour un certain temps comme le chardon de Nizza Monferrato , poireau Cervere ou gofri .

 



HAUTE VALLÉE TANARO
L'Alta Val Tanaro est la partie sud-est de la province de Cuneo , le pont naturel entre le Piémont et les provinces voisines de Imperia et Savone . Réparti sur une superficie de 40 490 hectares, comprend neuf municipalités : Alto , Bagnasco , Briga Alta , Caprauna , Garessio ,

 Nucetto , Ormea , Perlo et Priola . Un territoire varié dans lequel les lignes de douces collines et bas de la vallée, on passe les Alpes fascinante , vertical et décidément de la partie supérieure dominée par les Alpes Ligures . Traversé par la rivière Tanaro , qui est ici formée par la confluence de Tanarello et Negrone eau obtention de veines en grève de la Tanaro , est une terre riche en eau avec ses nombreuses criques et ruisseaux. L' environnement naturel préservé, avec un passé riche et complexe faite par le passage de nombreux peuples de cette frontière de terre, en font un lieu d'enchantement multi- facettes, multi - talentueux et plein de traditions antiques des racines millénaires qui résistent encore l'évasion temps de caractériser et de définir le profil, un profil original, à découvrir.
Les principales montagnes dans la région sont la Marguareis ( le plus élevé de la région avec son 2 651 m ) , la Cima delle Saline, Mongioie et le Pizzo d' Ormea de ces sommets est possible, par temps clair, à voir la mer » horizon. Détails au sujet de leur dolomie apparence, sont aimés par les spéléologues pour le système de grottes souterraines, dont beaucoup sont encore inexplorés.

Randonnée peut être pratiquée dans de nombreux niveaux différents, bénéficiant d'une vue que dans certains endroits ouvrir sur les médicaments de vues marines. Une étape lente et rythmée passage anciens villages - que Briga Alta , Viozene et Upega - qui racontent des histoires pleines d'atmosphère, la tradition et la culture des Alpes.
Et entre un pied et l'autre ne peut pas manquer une visite au Château Royal de Val Casotto né au XIe siècle comme un monastère chartreux, est devenue une possession de la Savoie en 1837 et la résidence d'été de la cour. Le centre historique de Ormea est marqué par la soi-disant " Trevi " ( ruelles ) et est maintenant plein de statues contemporaines très spéciales de marbre noir avec une carrière locale. L' ancien port d'entrée de la ville est placée dans le clocher de l'église paroissiale de Saint- Martin, datant du Xe siècle. Un Nucetto , Perlo , Priola et Ormea répondent ruines de châteaux en alternance avec ceux des anciennes tours sarrasines.
Mérite une visite des restaurants locaux qui proposent de sarrasin polenta, pommes de terre, et les grands fromages de montagne tels que Sora , et la Ormea Raschera alpin.

HAUTE VALLÉE TANARO
L'Alta Val Tanaro est la partie sud-est de la province de Cuneo , le pont naturel entre le Piémont et les provinces voisines de Imperia et Savone . Réparti sur une superficie de 40 490 hectares, comprend neuf municipalités : alto , Bagnasco , Briga Alta , Caprauna , Garessio ,

Nucetto , Ormea , Perlo et Priola . Un territoire varié dans lequel les lignes de douces collines et bas de la vallée, on passe les Alpes fascinante , vertical et décidément de la partie supérieure dominée par les Alpes ligures . Traversé par la rivière Tanaro , qui est ici formée par la confluence de Tanarello et Negrone eau obtention de veines en grève de la Tanaro , est une terre riche en eau avec ses nombreuses criques et ruisseaux. L' environnement naturel préservé, avec un passé riche et complexe faite par le passage de nombreux peuples de cette frontière de terre, en font un lieu d'enchantement multi- facettes, multi - talentueux et plein de traditions antiques des racines millénaires qui résistent encore l'évasion temps de caractériser et de définir le profil, un profil original, à découvrir.
Les principales montagnes dans la région sont la Marguareis ( le plus élevé de la région avec son 2 651 m ) , la Cima delle Saline, Mongioie et le Pizzo d' Ormea de ces sommets est possible, par temps clair, à voir la mer » horizon. Détails au sujet de leur dolomie apparence, sont aimés par les spéléologues pour le système de grottes souterraines, dont beaucoup sont encore inexplorés.

Randonnée peut être pratiquée dans de nombreux niveaux différents, bénéficiant d'une vue que dans certains endroits ouvrir sur les médicaments de vues marines. Une étape lente et rythmée passage anciens villages - que Briga Alta , Viozene et Upega - qui racontent des histoires pleines d'atmosphère, la tradition et la culture des Alpes.
Et entre un pied et l'autre ne peut pas manquer une visite au Château Royal de Val Casotto né au XIe siècle comme un monastère chartreux, est devenue une possession de la Savoie en 1837 et la résidence d'été de la cour. Le centre historique de Ormea est marqué par la soi-disant " Trevi " ( ruelles ) et est maintenant plein de statues contemporaines très spéciales de marbre noir avec une carrière locale. L' ancien port d'entrée de la ville est placée dans le clocher de l'église paroissiale de Saint- Martin, datant du Xe siècle. Un Nucetto , Perlo , Priola et Ormea répondent ruines de châteaux en alternance avec ceux des anciennes tours sarrasines.
Mérite une visite des restaurants locaux qui proposent de sarrasin polenta, pommes de terre, et les grands fromages de montagne tels que Sora , et la Ormea Raschera alpin.



Torino Itinéraire dans la Ville

Turin, Histoire de la ville

Camping Piemont

Piemont, Palais Royal Turin

Piemonte

Piemonte 2

Villages historiques du Piémont


Meteo Torino

Salon del Gusto 

L' atmosphère chaleureuse de la Salons del Gusto est le foyer de la meilleure production gastronomique artisanale.
 Les producteurs sélectionnés pour participer à cet événement rendant hommage aux visiteurs d'excellents échantillons d'huiles, fromages délicieux et appétissants desserts. Les parfums, les couleurs et les caractères qui accompagnent ce voyage culinaire sont soigneusement répartis dans les zones de sorte que vous puissiez facilement identifier ce qui est plus intéressant dans une exposition beaucoup plus large. Les producteurs ont la possibilité de se renseigner sur les procédures de qualité des aliments et traités selon les procédés classiques. Il se joint à l'événement Salone del Gusto également la Mère Terre, notre réseau mondial de communautés de la nourriture créé par Slow Food , pour offrir une vitrine encore plus complète et salon international de Turin. 

Au Salone del Gusto à Turin retourner les saveurs les plus authentiques et succulent, parfois élaborer et re présenté à la créativité.
 Dans les Salone del Gusto petits producteurs dédiés au marché international, les grandes institutions, les consortiums et les entreprises à se préparer dégustation des saveurs inconnues pour nourrir la curiosité des visiteurs. La collaboration avec Slow Food a rendu possible la participation d'autre Etats du reste du monde qui présentent les produits typiques de leurs régions d'origine, offensé toujours la possibilité de déguster et d'acheter. 

 

Continuer :