Calabre Calabria

Art e Culture

Le patrimoine artistique de la province de Reggio Calabria reflète ses vicissitudes historiques et garde des traces des installations préhistoriques de la culture de la Grande Grèce qui sont d’une valeur inestimable.
Un voyage idéal à travers des sites qui gardent les témoignages de la culture de cette zone fera des étapes dans les lieux de la spiritualité byzantine – normande, tel que la Basilique de S. Giovanni Terestì de Bivongi ou la Cathédrale de Gerace, s’arrêtant sur quelques hôtels particuliers, tel que Villa Caristo à Stignano, – construite dans le XVIII siècle –, Villa de Palazzi à Casignana – qui garde, presque intact, une artistique dallage mosaïque, jusqu’à arriver à la Villa del Naniglio, en style romain, de Joiosa Jonica.

L’art du passé se lie à la tradition artisanale qui, grâce aux ateliers transmis de génération à génération, est toujours vivante surtout dans les petits centre, où il est possible de trouver dans l’environ les matériaux les plus précieux.
Renommées sont les céramique de Seminara : entre eux sont les masques apotropaïques, qui, dans les croyances populaires servaient à tenir à l’écart les esprits malins, mais qui aujourd’hui ont pris un rôle essentiellement décoratif. L’art du tissage aussi remonte aux grecs et aux romains. Ainsi qu’alors, aujourd’hui aussi le travail du genêt permette d’obtenir des tissus de très bonne qualité et résistance.
Art et culture se mêlent dans une succession de symboles et traditions populaires et revivent dans les manifestations folkloriques et dans celles liées à la religiosité, qui caractérisent les différents centres de la province reggienne.

Les "Bronzes de Riace", Grecs sculpturaux originaux d'importance extraordinaire furent retrouvés, de façon fortuite, le 16 août 1972 dans les eaux de Riace Marine, à 200 m de la côte et à une profondeur de 8 m. De suite ces fonds furent intéressés par une enquête, stratigraphique,(1973), et par des prospections (1981), que portèrent à la découverte de 28 bagues en plomb pertinent aux voiles d'un navire ancien, un fragment de quille de navire reconductible à un arc chronologique qui va de l'âge romain à la Byzantine et la poignée du bouclier épaulé par le "Bronze A".

À la suite d'une première intervention conservative opérée près de la Surintendance aux Antiquités de Reggio de Calabre, les statues furent soumises à restauration structurale totale près de l'usine des «Pietre Duree» de Florence, 1975-1980. Après être restée en exposition au Musée Archéologique de Florence (1980-1981) et aux Musées Capitolini de Rome (1981), ils sont, depuis 1981, en exposition d'une façon permanente près du Musée National de la Grande Grèce de Reggio de Calabre, où elles ont été soumises à une intervention supplémentaire de restauration entre le 1992 et le 1995.

La technique utilisée pour la réalisation des "Bronzes" a prévu la soudure de parts fondues séparément: tête, thorax, bras (listes en trois secteurs :mains, jambes, pieds, doigts moyens des pieds).

Sous l'aspect stylistique, les deux statues sont articulées selon un schéma même "au chiasme", (à la jambe droite qui soutient tout le poids du corps il paie le bras gauche qu'il soutient le bouclier) et membres de déchargement, (à la jambe gauche fléchie il paie le bras gauche que tient la lance). Elles peuvent être réalisées pour être exposée avec d’autres dans un temple de dons, ou être restée ex-voto près d'un sanctuaire grec. Il n'est pas à exclure, d’autre part, que les deux statues aient été abordées par mer seulement au moment du transport.

Quelques studieux,(G. Dontas) pensent que, malgré les différences, on puisse attribuer les deux statues à une même période, autour de le la moitié du V sec. a.C., et au même milieu, probablement ce de l'Attique. Autres, (A. Di Vita) soulignent les différences en attribuant au 460 a.C. le "Bronze A", et vivement lié au style de Mirone et au 430 a.C. "le Bronze B" déjà influencé par sculptures attiche.

Pour leur disposition en Grèce, récemment, sur la base des résultats des analyses sur les terres de fusion, qu'il indiquent comme possible endroit de production Argon, il a été proposée (P. Moreno) la pertinence à un temple de dons élevé dans l'agora de ce centre du Péloponnèse représentant les « Sept à Thèbes », héros Argiens qui attaquèrent la ville de Thèbes, en restant battu et en mourant tous: le « Bronze À » il serait Tideo, le "Bronze B" Anfiarao, leurs auteurs Agelada et Alcamene.

Pour leur disposition en Grande Grèce, une hypothèse, (S. Stucchi) est que s’agit de l’ olympique Euthymos de Locri, gagnant pour trois fois dans la boxe; le "Bronze B" réalisé par Pythagore de Reggio après le 470 a.C. il pourrait représenter l'athlète après avoir battu le monstre de Temesa; le "Bronze A", œuvre d'un artiste mégalo-hellénique, datable peu avant du 435 a.C., l'athlète devenu héros après la mort.

Bronze "A"

Le "Bronze A", haut 1.98 m se caractérise pour l'emploi de matériels multiples pour la réalisation de détails anatomiques: les bulbes oculaires sont en ivoire, (les pupilles ne conservent pas, elles étaient probablement réalisées en pâte vitreuse ou avec des pierres précieuses), les lèvres en cuivre, les cinq dents de l'arcade supérieure sont rendues par une lame d'argent modelée. Les mamelons sont réalisés avec une ligue avec basse qonfère une couleur rose faible spéciale.

La tête fut originairement conçue dépourvue de casque, comme il montre le rendement soigné des cheveux sur toute la calotte au-dessus de la bande qui les retient. Sur la sommité de la tête, en outre, il est présent un trou apte, peut-être, à recevoir un meniskos, (pivot de bronze pointu fonctionnel à tenir lointains les oiseaux des statues). Dans une seconde, temps, cependant, il fut logé un casque corinthien, comme ils attestent signes d'appuis sur la nuque et sur la bande, à part de la transformation du trou originaire dans un logement carré pour le casque même. Dans cette occasion les oreilles, bien modelées, elles furent couvertes de mèches appliquées.

Bronze "B"

Aussi le "Bronze B", haut 197 m se caractérise pour l'emploi de matériels multiples pour la réalisation des détails anatomiques: l'œil droit, (le seul conservé) a la cornée réalisée en pierre blanche avec de l'iris aux bagues concentriques, en deux couleurs (blanc et rose) et pupille noire. Les lèvres sont en cuivre et les mamelons ils sont réalisés avec une ligue à la basse quantité d'étang qu'il leur confère une couleur rose faible spéciale. La sculpture présente signes de remaniements: le bras droit et l'avant-bras gauche présentent signes de remaniements apportés par l'emploi d'une ligue avec pourcentage fort de plomb, selon une coutume typique de l'âge hellénistique et Romaine.

L'aire de production des "Fichi di Cosenza" est essentiellement constituée de terrains plutôt souples, peu humides, riches en calcium et présentant, de manière générale, une fertilité moyenne.

Climat

La zone de production des "Fichi di Cosenza" se caractérise par la douceur de son climat. Elle est, en effet, située entre deux mers, la mer Tyrrhénienne et la mer Ionienne. Le Massif du Pollino arrête les vents froids du nord (tramontane), tandis que le haut-plateau de la Sila offre une protection contre les vents chauds et impétueux du sud-est.

Les données météorologiques disponibles indiquent une absence de périodes de gel et de brouillard intenses et fréquents, des températures annuelles moyennes modérées, des pluies se limitant à des averses brèves et espacées à la fin du printemps et au début de l'été, ainsi qu'une absence de précipitations associée à des températures qui ne sont jamais torrides pendant la période la plus favorable à la préservation des qualités du fruit, optimalisées par une ventilation modérée et quotidienne (période de maturation, de récolte et de dessiccation). Ces conditions climatiques permettent aux figues de sécher presque complètement sur l’arbre, ce qui donne une qualité supérieure à celle des autres figues séchées obtenues à partir de la même variété ou de variétés similaires cultivées dans d’autres zones géographiques

.Continuer

Gâteaux et friandises typiques de Calabre

Les desserts, ainsi que les pâtes, sont des produits typiques frais, faits à la main, un art transmis de génération en génération, c’est une ancienne tradition que chaque famille transmet à ses enfants, souvent lié à des fêtes religieuses ou païennes comme le carnaval ;

Ils ont sans aucun doute un rôle très important dans chaque famille de Calabre ; ils étaient offerts dans le passé pour saluer les personnes, exposé dans les fêtes patronales et dans les foires, ils représentaient la vie rurale des paysans, le respect pour la famille et la nature, toutes les expressions du sentiment pur de la population rurale de Calabre. 

Parmi les plus populaires : 

 Pitte de San Martino : ce sont des biscuits semi-durs faits avec de farine, de miel, de fruits confits, d’arômes naturels, recouverts de chocolat blanc ou noir, composés d’ingrédients naturels, cuits au four à bois, consommés lors des cérémonies religieuses en l'honneur de Saint-Martin. 

 Mostaccioli de Soriano Calabro : L'origine du mot « mostaccioli » est grecque, "mustacea" est en effet le nom sous lequel Théocrite en parle dans son œuvre, les « Idilli », ce sont des gâteaux typiques de la zone de Soriano Calabro que l’on trouve aujourd’hui dans le monde entier. 

 Pignolata au miel : c’est un gâteau typique de Calabre et du sud de l'Italie, composé de petites boules de pâte frite et recouverte de miel, traditionnellement préparé pendant le Carnaval. 

 Chiacchere : gâteaux typique de la période du Carnaval, c’est un gâteau artisanal fait à la main, modelé avec des formes variées, il est préparé avec des ingrédients naturels comme la farine et l'huile, il est frit ou cuit au four. 

 Crocette de figues séchées : c’est un gâteau typique de la zone de Cosenza, les Crocette sont des gâteaux de figues séchées, avec de la cannelle, du sucre, des noix (parfois, des amandes et zestes d’orange), recouvertes de chocolat ou de miel de figues et enveloppé dans des feuilles d'orange. 

 "Curujj" gâteau traditionnel : une pâte d'oufs et de farine, cuite au four à bois, façonnée à la main. 

 Pie : sans doute, il est le gâteau préféré des jeunes, symbole d'abondance et traditionnellement préparé à Noël et Pâques. 

 "Zippuli": incontournable au déjeuner de Noël, on le retrouve également lors de véritables fêtes de village.

 



Saveurs et parfumes méditerranéens
La recherche de sensations fortes dans les produits de la nature ha rendu la gastronomie de la zone de Reggio Calabria un art simple mais riche en traditions, transmis de génération en génération, et ensuite renouvelé dans le temps.
La caractère alimentaire de ce qui est de la zone de Reggio Calabria est étroitement liée à l’emploi du piment, sur lequel la fantaisie des producteurs s’est donnée libre cours dans la création de produits qui s’entrelacent et s’ajoutent à ceux de la tradition.
La charcuterie (soppressata, capicollo, filets, ‘nduja), les fromage traditionnels, la ‘rosamarina’ connue aussi au nom de ‘caviar du Sud’ (sardine nouveau-né au piment), huile vierge extra sont les cartes de visite pour les palais les plus fins. Il ne faut pas oublier l’art spécial des conserves, grâce à laquelle les produits de la nature (sauce tomate, champignons, aubergines, thon et beaucoup d’autre produits), cueillis et mis en conserve, peuvent rendre les parfums du potager et les couleurs des saisons désormais passées.

Le tourisme a su exploiter ces beautés naturelles et les infrastructures se développent pour permettre d’accueillir les nombreux touristes en Calabre (Stations balnéaires, hôtels…). Des paysages d’une grande diversité et d’une extrême beauté qui marque à jamais toute personne passée par la Calabre pittoresque et spectaculaire avec notamment la côte de Tropea ou Amantea sur la mer Tyrrhénienne. 
La Calabre compte cinq provinces : Catanzaro, Cosenza, Reggio di Calabria,

 Crotone et Vibo Valentia. La Calabre sera éternellement reconnaissante aux Bronzes de Riace, les deux statues grecques splendides récupérées en mer et exposées dès le début des années 80 au Musée national de la Grande Grèce à Reggio de Calabre. Des centaines de milliers de visiteurs se rendent régulièrement dans cette région grâce à l’irrésistible attrait exercé par ces deux chefs-d’œuvre (dont un attribué à Fidia, très grand sculpteur grec du Ve siècle av. J.-C.).
Bon nombre d’entre eux ont ainsi découvert, à leur grande surprise, une terre magnifique, une mer limpide, une nature luxuriante et quelquefois sauvage, des chef-d’œuvre architectoniques et artistiques dont le nombre et la qualité étaient insoupçonnés jusqu’ici. Une Calabre extraordinaire, fascinante, aux mille surprises parfois raffinées comme le magnifique Codex Purpureus, un rare évangéliaire grec du VIe siècle conservé au Musée diocésain de Rossano qui a été rédigé avec des lettres argentées et illustrées par de splendides figures et scènes religieuses très élégantes.
Lors de l'invasion piémontaise en 1860 (“Risorgimento”), la Calabre est l'une des régions les plus riches et industrialisées de toute l'Italie. La région est surtout réputée pour ses sidérurgies et ses fabriques d'armes. 

Des complexes industriels tels que ceux de Mongiana ou Ferdinandea sont, à l'époque, le fleuron de l'industrie du Royaume des Deux-Siciles, industrialisation initiée par les Bourbon-Siciles. La fin de cette ère industrielle de la Calabre (ainsi que de tout le S. de l'Italie) commence à partir de 1860 lorsque la maison royale de Savoie déplace le centre économique et industriel du sud au N. de l'Italie. 
La Calabre est également, depuis la fin du XIXe siècle, une source importante de colons et de main d'œuvre pour de nombreux pays du monde entier comme principalement l'Argentine et le Brésil en Amérique du Sud, les États-Unis, le Canada, l'Australie, et la France, la Belgique, l'Allemagne et la Suisse concernant l'Europe. Si cette émigration s'est tarie dans les années 70, de nombreux Calabrais doivent encore quitter leur région pour le nord de l'Italie, centre économique de la péninsule, pour du travail. Mais la situation s'est arrangée grâce au travail au noir qui de facto, même s'il n'est pas comptabilisé, contribué à la marche de l'économie locale. La Calabre devient elle-même aujourd'hui un lieu d'immigration pour de nombreuses personnes originaires d'Europe de l'Est.

Area grecanica

La gastronomie de ce territoire prend racine dans la

Grande Grèce et trouve ses points d’excellence dans le traditionnel travail des viandes de porc, dans le large usage de viande de chèvre utilisée pour le rôti et jus, dans la production de fromage frai et affinés. Grâce à les pâtes alimentaires de ménage, le rite du pain de blé cuit dans les fours à bois, réalisés tout près des maisons, maintiennent le charme d’antan inchangé.

Spécialités

Les oliviers séculaires qui se trouvent dans toute la Piana de Gioia Tauro,

outre au perfectionnement de la qualité des fruits, ont permis la diversification des conserves basée sur les olives, qui constituent des produits typiques de la province entière. Parmi ces conserves, il faut rappeler les olives

dénoyautées et mise dans l’huile et celles conservées dans la saumure. Les premières, cueillies quand ils sont encore vertes et pas encore mûres, sont battues avec une pierre polie ou un pilon à viande, pour éliminer le noyau, mises dans de l’eau chaude et laissées à bain pour quelques jours, changeant l’eau de souvent. Complétée, la dulcification, ils sont assaisonnées avec de l’ail, du céleri et de l’origan ; il sont servies après quelques jours. Les olives conservées dans la saumure sont d’abord laissées en eau courante et ensuite mise dans la saumure avec trois parties de sel et sept partie d’eau, fenouil sauvage, ail et piment. Ils peuvent être mangés à peu près depuis deux mois.
Piment
Variantes dialectales. Pipi vruscente (piment piquant), ‘cancarillo’ ‘pipazza’, ‘diavulillo’. Zone historique de production et consommation.
Clémentines aspermes de Calabre (I.G.P.)
Zone historique de production et consommation : le long de la côte de la région.

Située dans la partie Sud de l'Italie, la Calabre (Calabria en italien) possède environ 750 Km de côtes hautes et rocheuses, entourée par la mer ionienne et la mer Tyrrhénienne. 



Presque tout le territoire est composé de reliefs de l'Appennino Calabro :

 aux frontières avec la Basilicate et massif du Pollino, avec la Serre Dolcedorme, le sommet plus haut de la Région ; la Sila, un massif étendu, riche en végétation, cours d'eau et lacs, et par l'Aspromonte. Le long de la côte, l'on peut observer quelques zones de plaine comme la Plaine de Sant'Eufemia, celle de Gioia Tauro, la Plaine Sibari et Marchesato près de Crotone. Parmi les fleuves et torrents, il y a le Crati, le Neto, le Savuto et le Tacina. Les lacs plus importants se trouvent quant à eux dans la Sila, il y là le Cecita, l'Arvo et L'Ampollino, qui sont des bassins artificiels, exploités pour produire de l'énergie électrique. La Cabre compte de nombreuses voies de communication le long des 

Côtes, très importantes pour les communications maritimes

avec les ports de Villa San Giovanni et Gioia Tauro. La Calabre est composée de cinq provinces : 

Province de Catanzaro : chef-lieu Catanzaro 

Province de Cosenza : chef-lieu Cosenza 

Province de Crotone : chef-lieu Crotone 

Province de Reggio de Calabre : chef-lieu Reggio de Calabre 

Province de Vibo Valentia : chef-lieu Vibo Valentia 

Grâce à son climat, l'agriculture dans la plaine et le long des côtes, et pour lesquels des systèmes d'irrigations et une stabilisation des sols ont été effectuées grâce à d'importants travaux, permet la production d'olives, de fruits telles que les figues, les amandes ou encore le raisin. Mais ce qui caractérise la région est la culture de la bergamote et du jasmin, dont les essences sont essentiellement utilisées pour l'élaboration de parfums. A noter également la production importante de hêtre. Le pastoralisme est encore aujourd'hui une des activités traditionnelles et économiques. Les forêts de la Sila fournissent annuellement une grande quantité de bois produit en Italie, ainsi que les châtaignes et des champignons. Pour ce qui est de l'économie et de l'industrie, bon nous trouvons là bon nombre de petites entreprises familiales, surtout dans les secteurs alimentaire, textile et bois. Les grandes entreprises chimiques et métallurgiques étant concentrées à Crotone, Vibo Valentia, Catanzaro et Reggio Calabria, même si ces dernières sont énormément aidées par des fonds de l'Etat, elles n'ont, pour le moment, donné aucun élan économique à la région. Seul le tourisme est en constante augmentation, en raison des vestiges historiques et la beauté des paysages. 

Environnement et nature 

Le Bergamote

C'est un agrume rare dont le nom scientifique est "citrus bergamia risso", (ou auruntium), de la famille botanique des « rutacee », un fruit semblable à une orange qu'il a élu la bande jonica reggine connu pour son microclimat. 

Tel climat ne provoque pas bonds excessifs de température et il consent au fruit de mûrir et se reproduire. Au-delà au microclimat, il rencontre autres facteurs ambiants favorables quel : frais terrestres, argileux, alluviaux, dépôts de brises marines sur zones ensoleillées, terrestres avec limite altimétrique de 100 mt. slm. riches de coup de pied et potassium. Le bergamote exige irrigations fréquentes, 90 % de la production mondiale, on obtient en province de Reggio de Calabre, le reste est distribué en pays pre-équatorial de l'Afrique, Guinée, Côte d'Ivoire, Mali et le 2% en Sud Amérique, le Brésil et l'Argentine. Les spécialistes discutent encore si se traite de plante autochtone vu qu'il refuse de vivre ailleurs ou si importée par le Centre l'Amérique ou des Canaries, de la Chine ou confondue par la Turquie avec le « Bergamundi » le "poirier" du Seigneur qui a, cependant, une dimension supérieure et il est long et rugueux.

La bergamote se tasse sur les 100 g. De poids, il a une forme ovale et écorce lisse. Beaucoup croient qui quelques-uns de l’équipage de C.Colombo porta des Amérique, il cultiva voisin Berga de Barcelone et ensuite un créole, après beaucoup de flâner réussit à placer à Reggio de Calabre pour 18 boucliers quelques arbustes au noble Valentino aux débuts de 1500, époque donc d'introduction en Calabre de l'agrume. Telle "pomme d'Aphrodite" offerte par Pâris à Elena semble être le porté d'un bâtard heureux entre le citron-lime et l'oranger amer plutôt que conséquence d'une mutation spontanée. Seulement quelque temps après l'introduction le reggine Nicola Parisi en 1750 créa une culture de bergamotes étendu en le cultivant dans la rade de Joncs en Reggio de Calabre.

Le fruit est de trois types avec les dénominations de : « femminello », « fantastico » et « castagnaro » et il joint au mûrissement entre octobre et décembre. 

Ce qu'est plus demandé de ce fruit, c'est son essence jaune-verte qui est fait sortir des pores du fruit mûr complètement. L'essence, depuis siècles, c'est la base de préparation de nombreux parfums estimés. 7 % de l'essence ne se volatilise pas et sert à fixer et harmoniser le bouquet aromatique en lequel intervient en stabilisant et en harmonisant les fragrances qui sont combinées quand ils sont latents, délayer, par contre, quand ils sont trop forts en conférant, en outre, tons de fraîcheur et fragrance à part d’une durée considérable dans le temps.

L'essence fut porté par le Piémontais G.Paolo Femins à Cologne à la cour de Ottone II° de la Saxe où il expérimenta et il composa la première "eau de Cologne" en 1676, appel en origine "eau admirabilis", en introduisant au-delà à l'essence de bergamote autres fragrances quel la lavande, neroly, romarin, roses, etc. Un parfum, puis, connu partout grâce à l'application bruyante premier du bergamote. Le parfum fut breveté puis en le 1704 de Giovanni Maria Farina, compatriote de Femins les deux experts du secteur. En province de Reggio de Calabre, ils se produisent 120 tonnes en moyenne par an : pour obtenir 1 kgs. d'essence, ils nécessitent 200 fruits environ. Pour tel motif, le coût s'est révélé plutôt haut. Le fruit a permis l'emploi d'environ 5 000 employés dans une zone au bas taux d'occupation.

Aux débuts du 900 Reggio de Calabre, on est jumelé avec les Françaises Grasses et Paris (Versailles) qu'ils demandaient l'essence précieuse pour réaliser nouveaux parfums extraordinaires à tout aujourd'hui présent sur le marché mondial. Aujourd'hui, les 1500 hectares de zones cultivées sont insuffisants à satisfaire la question croissante venante de parties différentes du globe. 

En 800, l'écrivain anglais Swisturn décrit la récolte fait à la main et la méthode à éponge adoptée, consistant en l'essorer l'écorce du fruit avec une pince en bois ; l'essence se déposait sur une éponge que, puis essorée, il la déposait dans un pots de terre cuite ou caolina de porcelaine, ( u bauni ), où venait filtrer dans sacs de laine qu'ils la séparaient de la lie; l'essence pure venait déposée en burettes ou récipients de cuivre. Les paysans travaillaient la nuit souvent pour éviter que la lumière altéra l'essence. Alors le fruit était arraché avec une couteau-cuiller ingénieuse "le râteau." Telles méthodes archaïques furent dépassées en 1844, du reggine Nicola Barillà qui produisit la première machine calabraise constituée par un simil verse à la base, un soutien avec 2 cochlée de fonte dentelés aptes à comprimer et racler les fruits, l'écorce abrasée sécrétait l'essence qui se déposait à la base filtrée et récolte en sacs de laine et finalement en récipients de cuivre, tu adaptes à la conservation. Aujourd’hui voitures modernes, ils recueillent les fruits introduits chauds par un tapis roulant où ils sont abrasés, séparés et finalement distillats. La voiture rend l'essence soluble avec pluie épaisse d'eau pour obtenir l'émulsion, avec du centrifugeuse. Récemment, la science moderne a compris combien propriétés surprenantes et potentialité présente inexprimée tel agrume qu'il a si élargi le champ d'application. En effet, ils se préparent dentifrice, lotions pour cheveux, savons montent de bain, crème et huiles bronzants, autres produits pour l'hygiène personnelle et cosmétique.

Dans le champ du formulaire : utile pour rhumatismes, affections vasculaires et des amygdales, en dermatologie, il est utilisé en chirurgie, comme veine-dilater et cicatrisant, contre le cholestérol, utilisé dans le passé du prince de Saline Don Fabrizio Courtese, comme Tomasi de Lampedusa reporte, et plus récemment Dacia Maraini quand Ludovica, protagoniste du roman « Voci» elle trouve jouissance de l'odeur enivrante de l'essence qui desserre l'anxiété et il régénère les sens.

En gastronomie, ils se préparent essentiellement aujourd'hui liqueurs digestives, confis, lancements doux, babà, bonbons, sorbets, granité, glaces, the, amarettos, confitures, gâteaux dénommés Nosside grande femme poète locrese. Produit défini un délice du palais, de l'esprit, de l'odorat. Le jus est très aigre, il doit être ingéré avec des boissons et biscuits doux. Le bergamote est présent en recueils de recettes de la Renaissance entre les desserts de Carlo  et en 500 il se le découvre dans les recueils de recettes de Bartolomeo Échappé cuisinier de Pieux  et en ceux de Spinelli et Sandicchi.

Dans la ville de Reggio de Calabre, il est possible de visiter l'organisme Régional "Consortium" du Bergamote pour cueillir le procès de travail de l'agrume, les nouveaux et les vieux outillages de près qu'ils peuvent observer toujours aussi près du Musée du bergamote à Reggio de Calabre, ensemble à une documentation photographique importante. 

Le touriste est encouragé à plonger dans l'aventure cognitive de cet extraordinaire "unicum" qu'il a élu ici son habitat. 

On la consomme depuis plusieurs siècles. La bergamote est principalement cultivée dans le sud de l'Europe, notamment en Sicile et en Calabre. La chair verdâtre de la bergamote est divisée en sections. Elle est très juteuse, mais trop acide et trop amère pour être comestible. Son écorce jaunâtre, très riche en huile essentielle, dégage un parfum suave. L'huile essentielle de Bergamote est un produit fondamental dans différentes industries. En parfumerie, il fixe le bouquet aromatique des parfums, harmonise les autres essences qui y sont contenues et exaltent les notes de fraîcheur et la fragrance. Il est une composante indispensable des crèmes solaires, ceci dit l'essence pure ne doit surtout pas être appliquée sur la peau pendant l'exposition au soleil. L'huile de bergamote est aussi utilisée dans l'industrie pharmaceutique en raison de ses propriétés antiseptiques et antibactériennes, dans l'industrie alimentaire comme aromatisant pour thés, liqueurs, bonbons, fruits confits, crèmes glacées et boissons. 

 

 

 

L'oignon rouge de Tropea IGP

L'oignon rouge de Tropea est protégé par la marque "IGP" Indication Géographique Protégée attribué par la Commission de l'Union européenne.  
L'oignon de Tropea a un goût délicieux, du à la présence de : glucose, fructose, saccharose, l'amidon est hautement digestible ; dans le domaine médical différentes théories ont tenu le dessus de la scène comme celle du médecin russe Bakin qui a montré que le bulbe d'oignon en général a des propriétés antiseptiques contre les bactéries du typhoïde, les staphylocoques et certains germes nocifs pour la santé.

Un dermatologue américain confirme ce que les anciens ont transmis, c'est-à-dire que la pâte d'oignons est utile pour traiter les plaies, les ampoules, et d'autres infections de la peau.  
D'autres études montrent que l'oignon est un antalgique, qu’il agit contre les rhumatismes, alors que d'autres études montrent que si on mâche des oignons pendant quelques minutes la bouche est stérilisée.  
L'oignon, il y a de nombreuses années en Calabre, quand la consommation était élevée, on avait remarqué  un taux de mortalité provoqué par des crises cardiaques très faible, malheureusement aujourd'hui les nouvelles générations se méfient de ce précieux aliment car une fois digéré, il peut être à l'origine de quelques problèmes d’haleine.    
De nombreux chercheurs préfèrent l’oignon rouge de Tropea, le meilleur en son genre pour les nombreuses propriétés organoleptiques obtenues grâce au terrain, au soleil et à la mer de Calabre ; il faut, avant d'en acheter, faire très attention à éviter les faux producteurs.  
Propriétés nutritionnelles   : il contient du potassium, iode, fer, calcium, soufre, zinc, sélénium, magnésium et les vitamines C et E, des glucides et peu de lipides, ce qui le rend un aliment sain et précieux.  
Propriétés thérapeutiques   : l'oignon est indiqué comme remède contre les maladies de la peau, comme moyen de soulager un rhume et la grippe, il est hémostatique, il tonifie les veines et les artères, exerce un effet bénéfique sur la diurèse et sur l’hypertension , traditionnellement il est aussi utilisé pour traiter les infections intestinales, pour prévenir les maladies cardiovasculaires, les calculs rénaux, il a des propriétés diurétiques, il est efficace contre la coqueluche et comme aliment anticancéreux.
 

Conseil de semis :

Dans les régions aux hiver rigoureux : Semis des graines en place à 1cm de profondeur et 30 cm en ligne de fin Février à Avril.
Dans les régions aux hiver doux : Semis des graines en place à 1 cm de profondeur et 30 cm en ligne de la mi-Août à la mi-Septembre Eclaircir tous les 10 cm. Dés que leur feuilles commencent à jaunir, rabattre le feuillagesur le sol pour une meilleure exposition du bulbe au soleil et concentrer la sève dans l'oignon , dès que le feuillage est sec, déterrer et laisser sécher l'oignon pendant 8 à 10 jours après avoir enlever la terre, pensez à les retourner. Couper les feuilles et les racines. L' oignon se conserve trés bien à l'abri de l'humidité dans des cagettes.

Reccettes de Calabre
Moteur de recherche interne avec Google    

Tourisme Calabre

Camping Calabre


Meteo Francavilla+marittima

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<