Lasagne Cavour 

Lasagne Cavour 



Ingrédients pour 4 personnes :
 500 g de lasagnes de type rectangulaire sec,
 peigne ' une demi-douzaine de coqs,
 300 g de foies de volaille,
 100 g de Coeur de poulet,
 3 ou quatre graciles,
 un petit oignon,
 3 cuillères à soupe d'huile vierge extra
 une noix de beurre,
 une tasse de bouillon,
 parmesan râpé,
 une truffe.


Trempez la crête-de-coq pendant environ 15 minutes dans l'eau bouillante, puis les égoutter, les libérer de la peau.
Nettoyer les foies de volaille ainsi que les cœurs et les gracile, lavez-les et coupez-les en petits morceaux.
Placez une casserole sur le feu avec oignon coupé en morceaix fins , huile d'olive et le beurre ;
 faire bien dorer, ajoutez dans tous les abats de poulet assaisonnement, faire couleur à feu vif sur tous les côtés.
Quand ils sont bien dorés, saupoudrent avec du cognac, laisser évaporer à environ la moitié, puis salez, poivrez et mouiller avec le bouillon, faire cuire à feu moyen pendant environ 20 minutes.
En attendant, vous placez sur le feu, dans une grande casserole, porté l'eau salée à ébullition et plongez-vous, un peu à la fois, de la lasagne.
Retraite et les faire cuire dans l'eau, avec l'écumoire, un à la fois.
Préparer les assiettes individuelles de la manière suivante :
 mettre dans le fond du plat ( préalablement chauffée ) 2 lasagnes, saupoudrer avec de la sauce, saupoudrer de Parmesan et de cet endroit 2 ou 3 tranches de truffe, répétez les étapes avec une autre couche de lasagnes.
Vous pouvez le faire de cette façon 3 ou quatre couches.
Saupoudrer de parmesan râpé et en tranches sur tous les truffes restantes.

Homme politique piémontais aux idées libérales, un des pères fondateurs de l'unité italienne, artisan du rapprochement franco-italien, négociateur lors du rattachement de Nice et de la Savoie à la France au traité de Turin, le 24 mars 1860.

Camillo Benso, comte de Cavour, est issu d'une famille de vieille noblesse piémontaise catholique et d'une mère Suisse et calviniste. Il choisit en début de carrière de rejoindre les rangs du Génie. Il démissionne de l'armée en 1835 en raison de ses opinions libérales. Il vit alors pendant vingt ans sur ses terres à Levi. Il s'intéresse alors aux nouveautés de son siècle : les techniques agricoles, le machinisme, les chemins de fer, les organismes de crédit. Il crée l'association agraire en 1842 et publie Etude des chemins de fer en Italie en 1846. Ses voyages affinent sa culture politique et sa maîtrise du français. En 1847 il fonde le journal Il Resogimento où il mène campagne pour l'établissement d'une monarchie constitutionnelle. A partir de 1848, il est élu député conservateur, mais anticlérical, au parlement piémontais, et exerce diverse fonctions au gouvernement : ministre de l'agriculture en octobre 1850, puis de finances en 1851. Il s'impose dès lors comme une figure emblématique de la politique piémontaise.
Partisan d'un agrandissement du Piémont au détriment de l'Autriche, il conclut de la défaite italienne de 1849 contre l'Autriche (traité de Milan, août 1849), à la nécessité de se trouver des appuis pour réaliser l'unité italienne sous l'autorité du Piémont. . La France de Napoléon III lui paraît l'allié le plus adéquat. Lors du congrès de Paris, en avril 1856, suite à la guerre de Crimée, Cavour profite du siège qui lui est offert au titre des puissances belligérantes (une présence militaire plutôt politique et stratégique) pour poser le problème italien et tester les ambitions la politique étrangère française. Cavour travaille alors à un rapprochement économique et culturel. Ainsi en 1857 commence-t-on les travaux du tunnel du Mont-Cenis. Par ailleurs il prépare la guerre contre l'Autriche en transformant notamment Alexandrie en forteresse et en créant l'arsenal maritime de La Spezia.

Ambassadeur italien lors de l'entrevue de Plombières avec Napoléon III en juillet 1858, il négocie pendant sept heures les modalités de l'alliance franco-piémontaise, à savoir : la conclusion d'une alliance militaire contre l'Autriche (confirmée en janvier 1859), la constitution d'un état italien confédéré, la cession par l'Italie de Nice et de la Savoie, le mariage du prince Jérôme Bonaparte avec la fille de Victor-Emmanuel II, roi du Piémont. Personnellement impliqué dans la marche à la libération italienne du joug autrichien, Cavour démission du parlement piémontais en juillet 1859 suite à l'armistice franco-autrichien de Villafranca.

Vainqueur sur le terrain, Victor-Emmanuel II poursuit sa politique d'unification de la, péninsule en annexant les pays insurgés d'Italie centrale. Cavour, rappelé au gouvernement en janvier 1860 est alors chargé de négocier la ratification française moyennant la cession de Nice et de la Savoie par voie référendaire (traité de Turin le 24 mars 1860).

Soucieux des réactions françaises et autrichiennes, Cavour et Victor-Emmanuel II soutiennent en secret la marche sur Rome de Garibaldi. Après l'écrasement des troupes sardes et romaines, le comte établit dans toute l'Italie les lois et systèmes administratifs du Piémont. Il assiste le 14 mars 1861 au couronnement de son travail : Victor-Emmanuel II de Piémont est élu roi d'Italie par le premier parlement italien.

Sources : Jacques DESTRAIS, Dictionnaire international des traités des origines à nos jours; Pierre GRIMAL, Dictionnaire de biographies, Paris Presses universitaires de France; Michel MOURRE, Dictionnaire encyclopédique d'histoire...

Home Page

 

PIAZZA VISCONTI VENOSTA, 2
10026 SANTENA (TO)

Tel 011/597373
Fax 011/597373

Sito Internet
E-mail