Home Page
ItalieLe premier producteur de vins du monde

 

Appellations

La réputation des plaisirs de la table italienne n’est plus à faire. En fait, le patrimoine gastronomique italien suscite tant l’émulation qu’il était devenu nécessaire d’agir pour préserver son image. C’est donc un pas dans cette direction qu’a amorcé la législation italienne en faisant connaître de par le monde diverses appellations exclusivement italiennes. Ces appellations informent aussi sur la qualité que doivent présenter les produits qui les portent.

Ce faisant, l’Italie suit en fait une tendance qui se dégage nettement en Union européenne. Elle vise non seulement à protéger la qualité des productions agroalimentaires locales, mais aussi à rassurer le consommateur quant au mode et aux conditions de fabrication des aliments qu’on lui propose. Les appellations officielles servent ainsi deux grands buts, d’où leur acceptation enthousiaste par les producteurs comme par les consommateurs.

DOP et IGP

Quels outils permettent au consommateur qui se procure un fromage ou une huile d’olive d’être assuré que ledit produit est bien italien et qu’il répond à des normes précises ?

D’abord, la Dénomination d’origine protégée (Denominazione di origine protetta ou DOP) est attribuée aux « produits agricoles et alimentaires dont les qualités et les caractéristiques sont essentiellement ou exclusivement déterminées par le milieu géographique, comprenant les facteurs naturels et humains, et dont la production est réalisée dans une aire géographique délimitée ».

Parallèlement, existe l’Indication géographique protégée (Indicazione geografica protetta ou IGP), qui touche les « produits agricoles ou alimentaires dont les qualités et les caractéristiques ou la renommée sont attribuables à l’origine géographique, et dont la production, et/ou la transformation, et/ou l’élaboration sont effectuées dans une aire déterminée ». Dans ce cas, il suffit qu’une seule des phases de la production soit effectuée dans l’aire retenue.

Ces deux appellations italiennes sont protégées dans toute l’Union européenne.

Juste pour le vin

La viticulture, fleuron de la production agroalimentaire italienne, jouit de catégories bien à part, juste pour elle. L’industrie italienne exprime ainsi clairement son intention d’accroître au maximum la proportion des vins classés, de sorte que l’essentiel de la production nationale porte une appellation.

La classification commence par les crus d’Indication géographique typique (Indicazione geografica tipica ou IGT). Ce label de qualité est attribué aux vins produits dans une zone géographique généralement assez étendue, à partir de cépages approuvés. En fait, l’indication géographique est parfois accompagnée d’une mention de cépage. Déjà, 121 secteurs géographiques du pays ont présenté les cahiers des charges de production générales aux autorités compétentes et défini leur appellation IGT. En Sardaigne, où l’intérêt des producteurs envers l’appellation est particulièrement marqué, 15 vins peuvent déjà arborer son étiquette.

Viennent ensuite les vins qui portent une Dénomination d’origine contrôlée (Denominazione di origine controllata ou DOC). Ce label de qualité est attribué aux vins produits dans des zones délimitées, généralement de petites ou moyennes dimensions, et provenant de cépages bien précis. Ils sont fabriqués selon des règles de production plutôt strictes. Il existe actuellement plus de 300 régions DOC.

Un cran plus haut, se trouve le label de qualité DOCG (« G » pour garantita, signifiant « DOC garantie »). Il s’agit de vins DOC de qualité particulière et jouissant d’une notoriété nationale et internationale. Ils sont soumis à des contrôles plus stricts. L’Italie propose actuellement 450 vins de qualité reconnue (soit IGT, DOC ou DOCG). De ce nombre, seulement 22 ont reçu l’appellation DOCG.

Le bio a lui aussi son étiquette

Le consommateur est de plus en plus exigeant en matière de salubrité et de protection de l’environnement. En conséquence, la production « bio » progresse, certes lentement, mais de façon constante. Pour réglementer l’utilisation de l’appellation « biologique » en Italie, des organismes dûment autorisés en assurent maintenant un contrôle. Ainsi, de la préparation de la terre à l’ensemencement jusqu’à la présentation du produit fini dans les étals, un cahier des charges réglemente les façons de faire qui peuvent permettre d’aspirer à l’apposition de ce label. Produits alimentaires et vins profitent de ce programme.

Une étiquette informative :


Qu’il soit classé IGT, DOC ou DOCG, tout vin classé porte une étiquette confirmant son appellation. Y figurent le nom du producteur ou de l’embouteilleur et celui de la commune où il a été embouteillé, la mention de son volume net et le taux d’alcool.

Les cépages cultivés en Italie

 

Vini Rossi Italiani

Vini Bianchi Italiani

 

Dispositions relatives aux DOC et DOCG

Les DOC et DOCG prendront le nom de leur région de production. Ce nom peut être précédé d'indications géographiques plus générales, de nature historique, traditionnelle, ou administrative. Cette disposition vise à améliorer l'identification des petites appellations régionales ou provinciales.

L'aire de production d'une dénomination d'origine peut être divisée en zones distinctes reconnues par des noms géographiques ou des noms de communes. Les noms des communes prestigieuses seront désormais réservés aux DOCG et DOC, donc interdits aux IGT et vins de table.

Des lieux-dits, même s'ils sont la propriété exclusive d'un seul domaine, peuvent être reconnus comme des sous-régions quand le produit est de haute qualité et contribue à la renommée des vins italiens à l'étranger. Le nom d'un lieu-dit doit être utilisé indépendamment du reste de l'appellation d'origine. Cette notion correspond donc à celle de Grand Cru en Bourgogne.

La notion de sous-région Classico, actuellement employée par une douzaine d'appellations, est maintenue. Cette mention ne peut pas être employée pour les vins mousseux.

Le terme "Vigna" suivi du nom du domaine, peut figurer sur l'étiquette à condition que le vin provienne de ce domaine et que la production ait été dûment enregistrée pour chaque cépage. En outre, ces cépages doivent être vinifiés séparément, ce qui va à coup sûr changer les habitudes de nombreux vignerons, et susciter peut-être de plus nombreux assemblages. Les oenophiles apprécieront...

La mention "Riserva" garde son sens original, garantissant un élevage de 2 ans minimum.

Par contre, le terme "Superiore", qui pouvait être mentionné par 52 DOCs, sera ignoré dans l'attente d'une réglementation spécifique. En général, il signifiait un titre plus élevé (tout comme Bordeaux Supérieur par rapport à Bordeaux); mais il pouvait aussi servir à préciser un aspect particulier de l'origine géographique (exemple : Valtellina Superiore Grumello).