Home Page

Visiter la ville d’Urbino

.....................Palazzo Ducale

 

La visite de la petite ville de Urbino, est dominée par la forteresse dell'Alborroz du XVème siècle, et qui vit naître et grandir le peintre Raphaël, est à elle seule, une pure merveille d'architecture médiévale et renaissance. Ses rues si étroites quelques fois, sont bordées de superbes bâtisses qui donnent à Urbino, notamment dans son centre, un charme irrésistible. Ici, donc, la Renaissance côtoie le Moyen-âge avec grâce. Les pavés qui claquent sous nos pieds nous mènent au cœur de l'histoire passionnante de cette ville, qui eut le privilège non seulement d'y héberger une famille de peintres illustres, mais qui peut aussi s'enorgueillir de posséder le plus beau palais Renaissance de toute l'Italie. De plus, Urbino n'est pas très étendu et l'étroitesse de ses rues ne facilite pas beaucoup la circulation des véhicules, laissant ainsi un quartier historique libre aux piétons, qui seront ainsi ravis de vagabonder aux grés de leurs envies.

Maison natale de Raphaë

 

Elle se trouve au n°57 de la via Rafaello. On est malgré soi, aussitôt impressionné par cette maison qui garde un certain charme, associé à une atmosphère bien particulière. Elle fût construite au XVème siècle et se trouve non loin du palais Ducal. Le père de Raphaël, Giovanni Santi, poète et humaniste y était alors peintre à la cour de Federico di Montefeltro, Duc d'Urbino. Aucune œuvre majeure n'est à voir dans cette maison, tout juste quelques meubles de famille et quelques copies de tableaux. Mais la visite y est très agréable. La petite librairie qui se trouve à l'entrée, propose à la vente plusieurs ouvrages de qualité sur Raphaël.

Palais ducal

Comme nous l'avons dit, il s'agit là du plus beau palais Renaissance d'Italie. Il est aujourd'hui un magnifique musée, aux nombreuses salles, toutes réservant aux visiteurs l'éblouissement des trésors allant du XIV au XVIIème siècle. Sur deux étages, des pièces à l'architecture parfaite et audacieuse, comme les plafonds extraordinaire des salles 13 et 28, la cheminée de la salle 21 ou bien encore la salle 18 en marqueterie du sol au plafond ! Une fois passé, l'éblouissement architectural fera place aux nombreux objets présentés dans ce palais, dont de nombreuses statues polychromées du XVème, la remarquable fresque de San Domenico des XIV et XV, une fabuleuse salle où sont conservées des pièces en or allant du XIV au XVIème siècle. Mais c'est aussi de nombreux tableaux de maîtres tel que 2 œuvres de Piero della Francesca "La Madona col Bambino" et "La flagellation" à voir pour sa perspective.

Le "Salomon" et "La décapitation de St Jean Baptiste" de Pedro Berruguete quant à eux, offrent à nos yeux des couleurs d'une vivacité exceptionnelle, on remarquera d'ailleurs, un portrait du même artiste représentant le fondateur de ce Duché d'Urbino, "Federico di Montefeltro". Ne pas rater également une scène de chasse du XVIème, brodée sur un tissu de 10 X 16.4cm.

La salle 22 impressionnante par sa grandeur présente 7 tapisseries dans un état de conservation remarquable, réalisées au XVIIème siècle d'après des dessins de Raphaël, dont 4 de la manufacture des Gobelins.

Le peintre Giovanni Santi, père de Raphaël, est également très présent dans ce musée. Plusieurs de ses œuvres méritent qu'on s'y attarde comme par exemple "l'Archange Raphaël".

La salle 25 est également et surtout à ne pas manquer, puisque c'est là que l'on découvrira 2 œuvres de Raphaël, "La Muta" et "Sainte Catherine d'Alexandrie".

Les sculptures sont aussi très bien représentées dans le palais et Giovanni Batista Della Porta nous en offre d'ailleurs un bel exemple avec son "Moïse" en terre cuite du XVIème siècle.

Le deuxième étage nous entraîne à la découverte d'œuvres d'autres artistes, comme Frederico Barocci avec sa "Crucifixion" et "Les stigmates de St François", Alessandro Vitali et sa "Ste Agate en prison" ou la superbe trilogie de Battista Salvi, appelée "Les mystères". A voir aussi, de belles sanguines du XVIème siècle et une salle de majoliques allant du XVI au XIXème siècle. L'enfilade de toutes ces salles nous mènera ensuite directement à la chapelle en marbre polychromé des XV et XVIème siècle, que l'on attribue à Bramante et qui aurait été utilisée pour y déposer des reliques. Elle clôture la visite de ce musée exceptionnel.

La ville garde aussi de nombreux oratoires dont celui de San Giuseppe, réalisé au Moyen-âge. Chacun d'eux ayant une décoration à ravir les yeux et le cœur. Malheureusement souvent fermés, des visites guidées peuvent avoir lieu avec l'office de tourisme d'Urbino.

Ainsi est donc, Urbino, une étape importante en Italie, car pour peu que soit étendu cet ancien Duché, il garde en son cœur des merveilles que le touriste non averti, pourrait manquer et ce serait bien dommage.

L’Italie possède le patrimoine artistique et culturel le plus important du monde. Ses biens culturels ne se trouvent pas uniquement dans les grandes villes d’art mais sont disséminés un peu partout sur l’ensemble du territoire national. Dans la région des Marches, la nature riche et variée (la mer Adriatique à la côte plate et sableuse parfois interrompue par des falaises escarpées ; le paysage harmonieux de ses douces collines ; les grottes profondes et mystérieuses et les zones naturelles protégées) est jonchée de villes, de bourgs, de palais et d’édifices religieux qui présentent presque toujours des aspects architectoniques et artistiques de grande valeur. C’est le cas du Dôme d’Ancône (chef-lieu de la région et important port de l’Adriatique) ou de la cathédrale de Pesaro. Le palais ducal d’Urbino est un témoignage étonnant de la grandeur de la Renaissance. Se trouver en été à Macerata et ne pas assister à un spectacle théâtral ou musical au somptueux Sphéristère serait une faute impardonnable.

 

A Ascoli Piceno, le mélange d’architecture médiévale et de la Renaissance (S. Francesco, les loges des Marchands, la Place du Peuple, etc.) attire l’attention même du visiteur le plus distrait. De vrais trésors artistiques abondent dans presque tous les centres de la région, même les plus petits et il est donc difficile d’en citer quelques-uns sans faire du tort aux autres. Faisons une exception pour Recanati, ville natale du poète italien le plus aimé de tous les temps : Giacomo Leopardi (1798-1837), le poète tendre, mordant, malheureux et sublime. Comment ne pas s’émouvoir en visitant le palais où il a passé son enfance et son adolescence ? Une émotion qu’éprouve également celui qui visite la maison de Marie (la Santa Casa) à Lorette où de nombreux pèlerins se rendent chaque année.

 

Raffaello Sanzio

Raphaël est l'un des grands et célèbres artistes de la Renaissance .
Peintre et architecte , a grandi dans l'atelier du Pérugin important et influent qui d'abord copié parfaitement le style . Très actif à Florence et Rome a laissé des chefs-d'œuvre d'une valeur inestimable stocké dans les plus importants musées italiens et internationaux .
Ce qui est unique sur le style de Raphaël se caractérise par sa presque parfaite harmonie entre l'espace et les chiffres et une coloration particulièrement lumineux . Il était aussi un artiste très productif qui a créé de nombreuses œuvres d' art .
vie
Raphaël est né à Urbino dans la nuit du Vendredi saint, 1483 et est formé dans l'atelier de son père , un peintre à la cour ducale . Après la mort de son père, il se rendit à Pérouse lors de l'atelier du Pérugin , bien établi et artiste influent de l'époque.
En 1504 , il s'installe à Florence , où Leonardo et Michelangelo sont actifs et y reste jusqu'à 1508 quand il a été appelé à Rome par le pape Jules II . A Rome prend également sur ​​la carrière de l'architecte , la production de certains des bâtiments et de travailler à la basilique Saint-Pierre.
Il est mort à Rome en 1520 , le jour du Vendredi Saint à l'âge de 37 ans.
les Travaux
Raphael était un artiste très influent et très productive . Plusieurs de ses travaux sont reconnus internationalement comme des chefs-d'œuvre de l'histoire de l'art . Plusieurs de ses oeuvres ont lieu dans les grands musées internationaux , dont le Louvre à Paris , le Metropolitan Museum de New York, ainsi que les Musées du Vatican et de la Galerie des Offices .
Raphaël a travaillé à Florence entre 1504 et 1508, et ici il a produit ses plus belles Madones et des portraits célèbres, encore conservés dans les musées .
La Galerie Palatine dans le Palais Pitti , vous pourrez admirer les magnifiques et célèbres portraits de Agnolo Doni et Maddalena Doni et le Portrait de Tommaso Inghirami . Il ya également exposée la Vierge du Grand-Duc , la robe rouge et d'un manteau bleu, et la célèbre Vierge à la chaise caractérisé par une tendresse douce et inhabituelle .
À la Galerie des Offices sont conservés la belle Madonna avec le chardonneret , le Portrait de Léon X et portraits des ducs d'Urbino , Guidobaldo da Montefeltro et Elisabetta Gonzaga .
Parmi les autres œuvres de Raphaël sont Le mariage de la Vierge à la Pinacoteca di Brera à Milan , La Fornarina est dit être le portrait de sa muse - amant (Roma ) , la fresque L'École d'Athènes et La Transfiguration de son dernier œuvres , à la fois des Musées du Vatican .

 

................................................................................................... Maison de Rffaello

............................

 

Niché dans les collines entre la vallée de la Metauro et la vallée de Foglia, se trouve Urbino, une ville immense richesse historique et artistique. Pour cela, Erbine, il est facile de se perdre avec le nez en marchant dans la vieille ville.
Entouré par un long mur de briques et orné de bâtiments de grès, grâce au travail d'artistes importants du simple village Urbino, il est devenu le « berceau de la Renaissance » et, aujourd'hui encore, la marche à travers la vieille ville, il respire le quinzième air. Une caractéristique qui lui a valu l'honneur d'entrer dans la Liste du patrimoine mondial en 1998.Urbino - Archives de la Ville d'Urbino Photo de Paul Mini Pour l'UNESCO, en fait, la ville a le mérite incontestable d'être un point d ' attrait pour les savants les plus distingués et les artistes de la Renaissance, les Italiens et les étrangers, qui ont transformé en un complexe urbain unique.
Les origines Urbino sont anciennes, le nom romain Urvinum dérive du latin urvus (urvum est la poignée incurvée de la charrue), mais au XVe siècle que la ville connut son apogée.
Et ce sont surtout grâce à la contribution de Federico de Montefeltro Urbino acquis que l'excellence monumentale et artistique, dont l'influence est largement étendue au reste de l'Europe.
Ce grand fait patron savait non seulement transformer Urbino dans une magnifique cour de princesse, mais aussi attirer le duché le meilleur que la culture humaniste de la Renaissance italienne avait à offrir : Piero della Francesca, Luciano Laurana, Leon Battista Alberti, Francesco di Giorgio Martini et Girolamo Genga et le père de Raphaël, Giovanni Santi.
Marcher le long des routes escarpées et étroites répondent tous les bâtiments de la Renaissance Urbino: l'ancien monastère de Santa Chiara, l'église de San Domenico, le mausolée des ducs dans l'église de San Bernardino, palais Boghi et le majestueux Palazzo Ducale, gardien de Trésor Urbino.
Certains des plus importants travailleurs de l'époque ont participé à la construction du palais, qui abrite désormais la Galleria Nazionale delle Marche. Et une visite à la galerie est un must si vous voulez admirer quelques chefs-d'œuvre absolus de l'histoire de l'art stockés ici : « Flagellation du Christ » et « Madone de Senigallia » de Piero della Francesca, « Communion des Apôtres » par Justus de Gand ; « miracle de « profaner » par Paolo Uccello et le sublime « Muta » par Raphaël. À proximité ne manquez pas la date (les écuries ducales), reliée au Palais par la magnifique rampe en spirale.
Belle artistiquement, mais aussi belle d'un point de vue du paysage, située entre deux collines, Urbino offre un panorama des toits et des églises pittoresques.
Les deux Bramante Raphael deux ont fait leurs premiers pas ici à Urbino. Raphaël en particulier formé dans l'atelier de son père et a commencé avec des œuvres commandées à la ville voisine du duché.
A Urbino, il se déroule chaque année le festival cerf-volant qui a généralement lieu en septembre. Ceci est une vraie course où le joueur qui parvient à voler votre aile supérieure
Dans les petits ateliers, il crée l'art des « 500 : orfèvres, menuisiers, potiers, de nombreux artisans liés à la construction (plâtriers, peintres, menuisiers, maçons); dans les anciens magasins de la ville, vous pouvez regarder de près les techniques anciennes et nouvelles créations.
La cour de Federico da Montefeltro, comme décrit par Baldassarre Castiglione de courtisan, a présenté les personnages du « gentleman » en Europe, qui est resté totalement en vogue jusqu'au XXe siècle.
Accueil à l'une des plus anciennes universités, Carlo Bo, qui est né en 1506, a plus que l'université résidente indigène, jouit d'une célèbre Académie des Beaux-Arts, et est également connue comme la « capitale mondiale du livre » en raison de l'Institut de décoration et Illustration livre créé dans la seconde moitié du XXe siècle.