ItalienPasta.com

Recettes savoureuses en images par Adriano Grego

 

Home Page
****************************************************************************************************************************************
Alto Adige

La vallée de l'Adige, une des principales branches de la voie de l'ambre a été amplement parcourue dès la préhistoire. Les Romains ont transformé les anciennes voies de communication en vraies routes sur lesquelles les légions ont marchéà la conquête des territoires rhétiques situés plus à nord et des régions transalpines. Les Romains ont également fondé Tridentum, durant la seconde moitié du 1er siècle av. J.-C, qui devait avoir une très bonne réputation à Rome puisque l'empereur Tiberio Claudio Augusto l'a nommée "Splendidum Municipium" avec un édit daté du 15 mars de l'an 46 apr. J.-C. La ville est passée de main en main après la chute de l'Empire romain d'Occident en 476 apr. J.-C. jusqu'à ce qu'Henri II, empereur du Saint Empire Romain, décide en 1004 de donner le pouvoir temporel aux évêques. Le sceau apposé en 1027 par Conrad II le Salique a ouvert un chapitre glorieux de l'histoire tridentine qui a vu la ville s'affirmer et s'étendre pendant huit siècles pour devenir le siège d'un des conciles œcuméniques les plus importants de l'Eglise catholique.

Le seizième siècle a été l'époque où la ville de Trente a eu le plus de splendeur. Le style Renaissance s est ajouté au style gothique qui en définissait déjà les formes. Bernardo Clesio (1485-1539), un personnage d'une envergure européenne, guidait alors la principauté. Amateur d'art et mécène généreux, il a embelli la vide avec des maisons splendides décorées de fresques, ennobli le Castelb del Buonconsiglio avec la construction du Palazzo Magno et fait venir les artistes tes plus éminents. Il a ainsi préparé la ville à accueillir le plus grand événement de son histoire, à savoir te Concile dont les sessions ont eu lieu de 1545 à 1563 avec plusieurs interruptions. La Principautéétait à l'époque entre les mains de Cristoforo Madruzzo, premier d'une série d'évéques illustres de la même famille qui ont gouverné pendant plus d'un siècle. La ville a connu un nouvel élan architectural en 1700 quand de nouveaux édifices ont été construits en style baroque. L'entrée des troupes de Napoléon Bonaparte à Trente en 1796 a mis fin à la Principautéépiscopale et la ville est devenue une partie de l'Empire austro-hongrois.

L'évolution moderne de la ville a commencé au dix-neuvième siècle avec la réalisation d'imposants ouvrages d'ingénierie, tels que la déviation du cours du fleuve Adige (1858) et la construction de la voie ferrée du Brenner (1859). C'est durant cette période que les grands palais des administrations publiques et les grands hôtels ont étéérigés. La lente désagrégation de l'Europe centrale en a toutefois ralenti le développement. La première guerre mondiale, durant laquelle les irrédentistes trentins Fabio Filzi, Damiano Chiesa et Cesare Battisti ont été exécutés (le lieu de l'exécution, depuis lors appelé "Fosse des Martyrs", est le fosséà est du Castello del Buonconsiglio), a provoqué l'annexion de la ville et du Trentin au Royaume d'Italie. Il y a eu par contre une expansion périphérique rapide entre les deux guerres. Au cours des dernières décennies, Trente a assumé un nouvel aspect urbanistique mais elle doit les meilleurs résultats aux restaurations des anciens édifices de la cité. L'itinéraire que nous proposons ici commence justement par la découverte des façades décorées de fresques de ces magnifiques palais du seizième siècle De lor. Parcours historique entre le Castello del Buonconsiglio et la place du Dôme, parcours dans lequel la Renaissance s'allie harmonieusement aux autres styles architecturaux - médiéval et baroque qui racontent l'histoire de Trente avec la ville romaine (l'ancienne Tridentum dont il reste d'importants vestiges). Il s'agit d'un réseau serré de rues, de ruelles et de petites places où l'on découvre de somptueuses demeures, des églises et des musées. Les montagnes tout autour rappellent la dimension alpine qui fait partie intégrante de la culture et de la tradition trentine.

Via Belenzani, appelée autrefois "Contrada Larga", une des rues les plus belles et les plus colorées de la ville, entourée de palais somptueux et harmonieux de la Renaissance aux façades précieuses, nous conduit à Piazza Duomo. Palazzo

Thun qui a été la résidence urbaine de la famille Thun pendant quatre siècles, une des familles les plus influentes de l'histoire de Trente, se dresse à l'entrée de cette rue avec, de l'autre côté,

Le "Giro al Sas" celle de droite.

La Fontaine de Neptune baroque, qui date de 1767 et est l'œuvre du sculpteur Francesco Antonio Giongo, se dresse au centre de la place, salon raffiné

Palazzo Geremia

Construit à la fin du XVème siècle. Les panneaux de la façade sont décorés de fresques représentant certains des événements les plus significatifs de la ville et de la rue: défilés, cortèges, entrées triomphales, assemblées diplomatiques et épisodes d'héroïsme qui nous ramènent au temps de la première Rome. Les deux palais sont maintenant le siège de la Mairie. La magnifique façade du Palazzo Alberti Colico est également décorée de fresques. Les fresques qui enrichissent les deux Case Relia, une espèce de "livre moral" ouvert directement sur la place du Dôme, n'en sont pas moins fascinantes. On peut y admirer des scènes représentant des personnages de la mythologie classique sur la façade de gauche et les thèmes de la Vertu, du Temps, de la Fortune, les Triomphes de l'Amour, délimité par les murs de ses édifices où ont lieu d'importantes manifestations. Ses marches permettent d'avoir une vue d'ensemble splendide de la Cathédrale de Saint-Vigile avec le portail précédé du prothyron et la grande rosace de la Fortune ainsi que du Palazzo Pretorio, résidence archiépiscopale crénelée qui est maintenant le siège du Musée diocésain, dominé par la Torre Civica construite en 1200 sur les ruines de la Porte romaine qui s'ouvrait sur Via Claudia Augusta dont il reste quelques traces. Le style du Dôme, chef-

d'œuvre d'Adamo d'Arogno, essentiellement roman/ lombard ressent de l'influence gothique.

La première partie de la construction repose sur une église de cimetière (ouverte au public) de l'époque paléochrétienne où Vigile, martyr et troisième évêque de Trente, a été enterré. La façade que l'on peut admirer de la place est embellie par la magnifique rosace qui décore le transept, appelée "Rosace de la Fortune", avertissement tragique et sévère depuis huit siècles de la caducité du destin de l'homme, par la logette qui se trouve au-dessus et par la porte des lions avec le prothyron soutenu par des colonnes. La façade principale, qui donne sur Via Verdi, est caractérisée par le très beau portail d'entrée embelli par une fresque dans une lunette du quatorzième siècle. Le clocher a une structure romane. Le mur qui donne sur la place d'Arogno est moins riche, tandis que la quatrième façade (celle qui donne sur Via S. Vigilio) avec l'abside de l'église de Saint-Jean incorporée dans la construction, le châtelet épiscopal, le petit clocher de San Romedio, l'abside principale et le prothyron est caractérisée par des détails architecturaux différents.

Palazzo Balduini, dont les décorations en festons de fleurs et de fruits datables de la fin du quinzième siècle sont la décoration externe la plus ancienne réalisée sur un édifice de la ville, donne également sur cette place.

Si la place du Dôme est le salon raffiné de la ville, la zone piétonne du centre, appelée "Giro al Sas", en est le cœur. On passe de la superbe petite place Pasi à Via Oss Mazzurana qui jouit

sur le côté droit de la beauté extraordinaire du Palazzo Tabarelli, un des meilleurs exemples d'architecture trentine de la Renaissance caractérisé par les bossages sur la pierre blanche et rosée et du Palazzo Cazuffi, décoré à la détrempe par l'artiste brescian Lattanzio Gambara au seizième siècle avec des scènes sur des thèmes bibliques encadrées de frises composées de fleurs et de fruits. On trouve ensuite Palazzo Festi qui abrite le Teatro Sociale inauguré en 1819 et De Piazza Duomo au Palazzo délie Albere considéré, à l'époque, comme étant le plus beau théâtre du Tyrol. Un important site archéologique de la période romaine, qui donne un vaste aperçu de la ville de "Tridentum" fondée par les Romains vers la moitié du 1er siècle av. J.-C, a été mis au jour dans le sous-sol. Un tronçon de route pavée, une domus avec des mosaïques et une boutique d'artisan y sont visibles.

Le "Giro al Sas" continue sur Via S. Pietro, que l'on peut atteindre en traversant Piazza Cesare Battisti sur laquelle donne l'église du quinzièmp sièrle qui porte le même nom. Torre Relia, résidence urbaine de la famille noble Negri de S. Pietro dont on note le blason sur le portail du petit balcon, se dresse en face. Via S. Pietro débouche sur la place Carducci, considérée aujourd'hui comme étant 1 endroit le plus animé du centre et un lieu de rendez-vous. Palazzo Firmian, caractérisé par le portail classique du seizième siècle inséré dans une structure architecturale soutenue par des colonnes, donne au fond sur cette place.

Vers les murs de Piazza Fiera

En tournant le dos à la partie absidiale du Dôme, il faut ensuite prendre Via Calepina sur laquelle donnent de nombreux palais à l'architecture élégante. Parmi ceux-ci, citons Palazzo Sardagna majestueux considéré comme un des édifices civils les plus célèbres de la ville, avec des influences baroques et du dix-huitième siècle évidentes. Le portail avec deux statues de géants qui soutiennlent un balcon sur la balustrade en pierre duque trois putti avec bouclier se tiennent droit, œuvre de Cristoforo Benedetti da Castione, est intéressant.

C'est maintenant le siège du Musée tridentin de Sciences naturelles. Palazzo Lodron, avec des décorations picturales internes d'une valeur historique/ artistique considérable représentant des scènes mythologiques et des faits relatifs à la famille Lodron, se dresse non loin de là.

L'église de la Sainte Trinité, sur la rue parallèle, ériqée par le Clarisse en 1519 et d'où est partie la procession d'ouverture du Concile qui se dirigeait vers le Dôme le 13 décembre 1545, mérite d'être visitée. Palazzo Roccabruna, un autre édifice qui date de la moitié du seizième siècle avec, à l'intérieur, une belle chapelle décorée de fresques dédiée à saint Jérôme, se reconnaît au bossage du portail surmonté d'un balcon en pierre à balustrade. La médiévale Torre del Massarello, demeure d'Angelo Massarelli da San Sepolcro, compilateur des actes durant le Concile, servait de défense.

En suivant Via Mazzini, après avoir admiré les splendides télamons qui ornent le beau portail du Palazzo Larcher Fogazzaro (édifice de la fin de l'époque baroque trentine), on arrive à Piazza Fiera, grande place quadrangulaire fermée à est par le Palais archiépiscopal, au nord par les Mura Vanghiane du treizième siècle tronçon qui reste de l'enceinte de murailles urbaine - autrefois léchés par l'ancien lit du torrent Fersina et à ouest par le Torrione Madruzziano, grande tour cylindricue ayant la forme d'un bastion crénelé qui défendait la porte de S. Croce et a été transformée vers la fin du seizième siècle par le prince-évêque Ludovico Madruzzo. C'est sur cette graiide place que se tenaient autrefois les foires d'animaux et celles annuelles.

En retournant sur nos pa: jusqu'à la place du Dôme et en prenant Via Cavour, nous passons devant la Torre délia Tromba, un des rares fortins qui sont restés sur tous ceux que Frédéric Barberousse a fait abattre, avant d'arriver à l'église de Sainte-Marie Majeure en pierre blanche et rouge au style de la Renaissance lombarde typique qui a été construite en 1520 sur commission du prince-évêque Bernard de Clés. A l'intérieur, l'orgue soutenu par la tribune des chantres, œuvre des artistes vicentins Grandi, et les peintures qui ornent les chapelles méritent d'être vus. En parcourant la Via S. Margherita toute proche, nous trouvons l'ancienne Porte de Sainte-Marguerite qui permettait d'accéder à l'enceinte de murailles du treizième siècle, caractérisée par une vaste ouverture en ogive, par de brefs tronçons du chemin de ronde et par une partie d'escalier suspendu et la Torre Vanga, un des monuments médiévaux de la ville les plus significatifs. Cette tour qui dé fendait les murs à l'ouest est le symbole du quartier de la Portela, un des plus touchés durant la seconde guerre mondiale parce qu'il se trouve tout près de la ligne de chemin de fer du Brenner.

L'itinéraire se poursuit maintenant le long de la rue qui longe le fleuve Adige vers le sud où nous trouvons le Palazzo délie Albere, résidence splendide construite pour la famille Madruzzo puissante qui ont été les seigneurs incontestés de la ville de 1539 à 1698. Il s'agit d'un palais massif du seizième siècle avec quatre donjons angulaires et une ouverture à serlienne avec un petit balcon sur la façade principale, celle tournée vers la ville. L'intérieur contient des fresques suggestives de Domenico Ricci et Marcello Fogolino et abrite le Musée d'Art moderne et contemporain.

L'ancien quartier de Piedicastello

Ceux qui désirent visiter l'ancien quartier de Piedicastello doivent retourner sur leurs pas jusqu'à la gare en aval du téléphérique pour Sardagna, agglomération sur les pentes du Monte Bondone. Appelée "Alpe de Trente", cette montagne est une station de sports d'hiver renommée qui se transforme en été en une oasis de verdure avec un des patrimoines floraux les plus riches des Alpes. C'est là que se trouvent le Jardin botanique alpin (un des plus importants d'Europe avec plus de 2000 espèces de plantes et de fleurs provenant des quatre coins du monde) et le Centre d'Ecologie alpine (centre de recherche et d'étude des écosystèmes alpins). Après avoir traversé le pont de San Lorenzo sur le fleuve Adige, on peut admirer l'église de Saint-Apollinaire construite au quatorzième siècle, un des édifices les plus anciens de la ville. Le toit très haut aux versants en forte pente, l'intérieur surmonté de deux hautPS coupoles octogonales et le grand crucifix en bois du dix-huitième siècle sont assez insolites. En parcourant Via Brescia, on arrive à la place d'où part la ruelle pour le Dos Trento, un rocher à la forme arrondie, boisé et plat au sommet duquel se dressent le Mausolée de Cesare Battisti et le Musée historique des Troupes alpines. On y jouit d'un magnifique panorama sur Trente et la vallée de l'Adige. En rentrant en ville, nous trouvons l'Eglise de Saint-Laurent délimitée par la gare des autobus et par celle de chemin de fer. Elle a été construite au Xllème siècle par les Bénédictins bergamasques appelés à Trente par l'évêque Altemanno. La partie absidiale en style roman et le presbytère enrichi de trois absides sont particulièrement intéressants. Le parc/ iardin aaréable de Piazza Dante est situé non loin de là au milieu des édifices les plus importants des institutions actuelles, tels que les sièges du gouvernement provincial et régional. Le monument à Dante Alighieri, symbole du nationalisme italien pour lequel sont morts les irrédentistes trentins, se dresse au centre. C'est ici que se termine la visite de la ville. Ce parc invite au repos mais aussi à des promenades suggestives à pied ou en vélo au milieu de la nature pour admirer les arbres, les beaux parterres de fleurs et le petit lac.

Ville-pont entre la culture italienne et de l'Europe centrale, ville d'art et de souvenirs historique précieux, ville alpine pour sa position géographique e pour un rapport homme/ montagne vécu intensémen Castello del Buonconsiglio, Monuments et Collections provinciaux

Le Musée abrite de nombreuses collections d'art ancien médiéval et moderne, telle que la riche collection de peintures et de sculptures de l'époque carolingienne au Rococo ainsi que des meubles précieux, des fresques, des faïences, des porcelaines, des gravures et des dessins. La section consacrée à l'archéologie est importante. Fermé le lundi.

Castello del Buonconsiglio, Musée historique en Trente Onlus

Il abrite des objets qui racontent l'histoire trentine moderne et contemporaine, en particulier la période du Risorgimento, les deux grandes guerres du vingtième siècle et la résistance. Fermé le lundi.

Musée diocésain tridentin et Basilique paléochrétienne il présente un pdiiuiania complet de l'art local du Moyen Age au Néoclassicisme et rassemble des sculptures en bois, des parements sacrés, des pièces d'orfèvrerie, de somptueuses tapisseries flamandes ainsi que des témoignages du Concile et de l'iconographie de la ville. Le site archéologique en dessous de la Cathédrale en fait partie intégrante. Fermé te dimanche.

Musée tridentin de Sciences naturelles

Il rassemble et classe du matériel relatif à l'histoire naturelle, surtout en ce qui concerne les Alpes. Le parcours comprend les sections suivantes: géographie, préhistoire, botanique, paléontologie et zoologie. La section multimédia qui permet d'interagir avec des hypertextes à caractère scientifique est intéressante. Fermé le lundi.

Musée de la S.A.T.

Archives historiques et photographiques qui illustrent la fondation de la Société des Alpinistes tridentins avec des documents originaux. Les objets et les reliques qui racontent l'histoire des refuges alpins, des guides et des premières ascensions à haute altitude sont nombreux. Tenraciné: tels sont les différents aspects de Trente lue l'on découvre en en visitant les musées prestigieux qui sont souvent le siège d'expositions pour compléter 'es importantes collections permanentes.

Les autres itinéraires

Galerie municipale d'Art contemporain

Située non loin du Dôme, dans le nouveau siège de Via Belenzani, elle abrite des expositions d'art moderne et contemporain en faisant des comparaisons avec les productions nationales et internationales. Fermée le lundi.

Musée d'Art moderne et contemporain de Trente et Rovereto

Les collections permanentes comprennent la peinture et la sculpture du Romantisme à notre époque, en se référant en particulier au vingtième siècle et au Futurisme. Parmi les artistes les plus importants, citons Bonazza, Segantini, Severini, Depero et Carra. Fermé le lundi.

Musée historique des Troupes alpines

Situé sur le "Dos Trento", il illustre l'histoire des "Plumes noires" à travers des objets, des armes, des photos et des documents. Le Monument aux Médailles d'or à la valeur militaire a été aménagé dans la crypte du Musée. Fermé le lundi.

Musée "Gianni Caproni" Aéronautique, Science et Innovation

Il se trouve dans la zone aéroportuaire de Mattarello et regroupe les avions construits entre 1910 et 1980, dont certains d'entre eux uniques au monde, ainsi que différentes reliques ayant appartenu aux pilotes. Fermé le lundi.

Musée des Us et Coutumes des habitants du Trentin (S. Michèle all'Adige, au nord de Trente) Des milliers de pièces montrent la technologie rurale de montagne mais aussi les aspects liés aux relations sociales et aux symboles des habitants du Trentin. Fermé le lundi.

Après avoir visité la ville et ses musées, les vertes collines et les hautes montagnes environnantes invitent à faire d'autres découvertes en suivant des "itinéraires" spécifiques distribués par l'Office du tourisme trentin: l'itinéraire «A passeggio nel verde» (Promenade au milieu de la verdure - A pied ou en vélo) et celui à la découverte du Trentin pour visiter les caves, les châteaux, les sites archéologiques, les sanctuaires, les lacs et les Dolomites.

Trente de nos jours.

Chef-lieu du Trentin, Trente est le siège politique/ administratif de la Province autonome de Trente et de la Région Trentin Haut-Adige. Elle compte 106 mille habitants (environ un quart de la population du Trentin). C'est aussi une

circulation. Il y a toutefois de nombreux parkings à proximité, tandis que la gare de chemin de fer, les autobus et les autocars relient le centre de la ville aux alentours et au reste du Trentin.

Comment arriver à Trente

En voiture ou en autocar: sortie 'Trento centra" ou 'Trento nord" de l'autoroute du Brenner A22. Route express de la Valsugana pour ceux qui arrivent de Venise ou route nationale 45 bis Gardesana Occidentale pour ceux qui arrivent de Brescia.

En train: ligne de chemin de fer du Brenner et ligne de la Valsugana en provenance de Venise.

En avion: aéroport de Vérone (90 km), Venise (153 km) et Milan (213 km). ville universitaire ainsi que le siège d'instituts de recherche avancée importants et d'autres institutions culturelles prestigieuses au niveau international. La vie culturelle et sociale est animée par de nombreux congrès, des réunions, des expositions, des fêtes traditionnelles en costume, des petits marchés typiques, des manifestations historiques, des festivals internationaux et des saisons de prose, de musique et de danse qui vont du système articulé des théâtres (dont un consacré aux spectacles pour les enfants) au scénario décoré de fresques des places et des rues de la cité.

L'atmosphère de la cité est particulièrement sereine

Où séjourner

Trente offre un vaste choix d'hôtels de différentes catégories et types avec des propositions week-end spéciales à des prix qui comprennent la "carte" pour l'entrée aux musées et les visites guidées du Castello del Buonconsiglio et de la cité. Possibilité également de séjourner dans des résidences, des appartements, à l'auberge de la jeunesse, dans un terrain de camping (ce dernier situé sur le Monte Bondone tout proche où se trouvent d'autres hôtels, résidences et appartements à basse et haute altitude) ou chez l'habitant (agritourisme).

Trento

 

 

 

 

Marche de Noël