Pasta alla Norma au four

Pasta alla Norma au four est un premier plat riche et savoureux. Très facile à préparer, cette pâte au four est d'utiliser des ingrédients naturels : la tomate, l'aubergine, le basilic et le fromage ricotta pour un vrai parfum méditerranéen. La recette que nous proposons à cette occasion est une variante du classique alla pasta Norma, une recette sicilienne, notamment, origine Catanais. Dans la recette originale que vous utilisez une sauce tomate fraîche sur les pâtes, auxquels il faut ajouter l'aubergine frite, feuilles de basilic et une finale de ricotta sale râpée. Dans notre recette, nous avons coupé les aubergines en cubes qui émincés, premières utilisées sur les pâtes, le deuxième pour garnir le plat. Dans une casserole, nous avons alterné des couches de pâtes garnies de sauce tomate couches aubergines saupoudrer à la ricotta.
Pour 4 personnes
Pasta (Csareccie) 450 g
Aubergines 600 g
Tomates (passé) 600 g
Ricotta salée 150 g
Huile d'olive extra-vierge
1 gousse d'ail
Basilic
Sel
Poivre
Préparation
Râpée ricotta sale et mettre de côté. Saute l'ail dans une poêle, ajouter la purée de tomates et faire cuire pendant une minute, en remuant de temps en temps. Ajouter le sel et le poivre et ajouter une louche d'eau chaude. Lorsque la sauce commence à bouillir, baisser le feu et laisser mijoter jusqu'à ce que la sauce est limitée. Retirer l'ail et laisser la sauce de côté. Peler l'aubergine, lavez et coupez en fines tranches 6-7 et de garder de côté. Couper les aubergines en cubes restés, mettez-les dans une passoire et ajouter une cuillère à soupe de gros sel.. Laisser reposer pendant 30 minutes, rincer et sécher les aubergines avec des serviettes en papier.
Dans une casserole chauffer une cuillère à soupe d'huile et faire revenir la coupe d'aubergine en tranches. Ajouter plus d'huile dans la poêle et faire frire les autres aubergines.
Faire cuire les pâtes dans l'eau salée et laissez al dente, termine sa cuisson. Égoutter et exécuter rapidement sous le jet d'eau froide. Saison ajouter les pâtes avec la sauce et puis un peu de basilic haché avec vos doigts, mélanger et mettre de côté.
Graisser un moule du four, mettre un tiers de la pâte sur le fond, puis ajouter la moitié des cubes d'aubergines cuites. Saupoudrer d'un tiers de la ricotta.
Faire une autre couche de pâtes, des cubes d'aubergine et le fromage cottage et terminer avec les tranches d'aubergine et le fromage cottage est resté. Cuire au four dans un four chauffé préalablement à 180 ° C pendant 25 minutes.

 

 

Spaghettis aux aubergines

Rigatoni alla Norma

Rigatoni alla Norma

Pasta alla Norma 2

Home Page

 

 

Pasta alla Norma au four
Maria Callas a immortalisé « Casta Diva », vue des airs les plus émouvants de tout le répertoire opératique. Quiconque a entendu un enregistrement de cet air de Norma peut reconnaître la voix de la Callas entre mille et il est à parier que les frissons, et même les larmes l’accompagneront, à la première aussi bien qu’à la centième écoute. Vincenzo Bellini reste le maître absolu du bel canto, admiré aussi bien par Chopin que par Wagner. Mélodiste in surpassé, orchestrateur raffiné même si on lui reproche parfois sa relative simplicité, le compositeur italien dont on célèbre cette année le 200 eanniversaire de naissance – anniversaire malheureusement éclipsé par celui de « l’autre » italien, Verdi – connaissait parfaitement les possibilités, même les plus infimes, de la voix, les effets et l’ornementation.

Pourtant, Giuditta Pasta, qui créa le rôle de Norma, aurait considéré la prière à la lune de la prêtresse gauloise « inchantable » lors de la première répétition. On raconte volontiers que Bellini avait alors fait un pacte avec elle.: elle essaierait de la chanter pendant une semaine, tous les matins et si, à la fin de cette période d’essai, elle trouvait toujours aussi rebutante, il l’adapterait. La suite de l’histoire est prévisible. Le soir de la première, la difficulté est transcendée et la chanteuse se donne complètement au rôle.

La première, le 26 décembre 1831, est reçu avec peu d’enthousiasme par le public de La Scala, le compositeur, éploré, mentionnant même dans une lettre ce « fiasco ». Bellini, convaincu des qualités de l’œuvre, persiste. La deuxième performance de l’opéra s’avère moins controversée. L’opéra sera finalement présenté 39 fois lors de la saison 1831–1832 et n’a pas quitté l’affiche depuis. Maria Callas reprendra le rôle 89 fois entre 1948 et 1965. Les maisons d’opéra les plus réputées remettent régulièrement à l’affiche cet opéra où se côtoient passion, rage, jalousie et sacrifice.

Le poète Felice Romani, qui a rédigé presque tous les livrets des opéras de Bellini, a su exprimer avec simplicité la tragédie de deux druidesses gauloises, Norma et Adalgise, amoureuses d’un même homme, le proconsul romain Pollione. Plutôt que de céder à une jalousie dévastatrice, elles réussissent plutôt à transcender leur amour pour cet homme grâce à une admirable amitié que la musique sublime de Bellini exprime avec une grande sensibilité.