C'est l'une des sept merveilles de l'Antiquité, mais ce n'est ni le pyramides ni le phare d'Alexandrie. Ce sont les thermes de Caracalla. A Rome, les thermes étaient des cathédrales pour le loisir et le bien-être. Les plus colossales d'entre elles, les bains de Caracalla, ont été construits entre 212 et 217. Dans un très beau parc, les solides murs des ruines dépassent les 30 mètres d'hauteur.

Situées au pied de la colline de l'Aventin, dans le Sud de Rome, proche du Circus Maximus, les imposantes ruines des thermes de Caracalla vous permettront de découvrir les restes de ce qui fut l'un des plus grands et des plus riches établissements thermauxl de l'empire romain, pouvant accueillir 1600 personnes.

Cet immense complexe de 11 hectares a été commandé par l'empereur Septime Sévère mais l'inauguration se fait sous le règne de son successeur Caracalla en 217. Cet ensemble ne se limitait pas à un simple établissement de bain mais comprenait aussi des aires sportives (palestres), des bibliothèques, des médecins ce qui faisait des thermes de Caracalla un lieu de plaisirs, de rencontres et d'affaires.

 

Les ruines des thermes de Caracalla sont les mieux conservées de l'empire romain et permettent de bien se représenter les différentes zones des thermes. Tout d'abord un jardin clos, entouré d'une enceinte quasi carrée qui contenait les 64 citernes de 80 000 litres chacune, alimentées par un aqueduc. De ce jardin on pouvait accéder aux boutiques et restaurants, au stade et bien sûr au bâtiment principal, les thermes eux-mêmes. De construction symétrique, les côtés des thermes contenaient les vestiaires, les gymnases et les salles de massages ou d'examens médicaux. Le centre du bâtiment contenait la succession classique des bains qui passaient du Caldarum (le plus chaud) au Tepidarium (tiède) pour finir dans la plus grande salle, le Frigidarium (froid). Il ne reste aujourd'hui que bien peu d'éléments pour rappeler la richesse inouïe de ces thermes. Les murs de briques que nous voyons aujourd'hui étaient recouverts de marbres, les sols de mosaïques et de nombreuses statues étaient disposées dans des niches. Les voûtes des immenses salles étaient quant à elles probablement peintes. Après l'arrêt des thermes en 537, lorsque les Goths détruisent l'aqueduc, les thermes de Caracalla sont devenus des carrières pour les nouvelles constructions de la ville. Ainsi, le Pape Paul III puisa largement dans cette réserve pour la construction de l'actuelle basilique Saint Pierre. Ce pillage a aussi permis la mise à jour de nombreuses statues tels que le Taureau et l'Hercule de la collection Farnèse de Naples. Vous retrouverez aussi, devant l'ambassade de France, sur la piazza Farnèse, deux grandes fontaines de granit provenant des thermes de Caracalla.

 

 

Sur place, il reste néanmoins quelques mosaïques de formes géométriques ou représentant de petits personnages chevauchant des animaux marins.

Le caldarium est un bain chaud proche du praefurnium sa température atteignait 30°C. Dans les grands thermes il y avait un autre bain chaud appelé sudatio (sauna), sa température pouvait monter jusqu'à 60°C, le sol métallique était alors recouvert de charbon

de bois ardent. Dans ces bains on se débarrassait de ses sueurs grâce à la strigile (grattoir en fer ou en ivoire).

Apodyterium

Vestiaire dans lequel les Romains se dévêtaient, ils rangeaient leurs affaires dans une niche creusée dans le mur, gardée par un esclave car les vols étaient fréquents. Les Romains se baignaient nus et lorsqu'ils se déplaçaient dans les couloirs ils s'attachaient une serviette à la taille.

La Palestre

 

Petit gymnase pouvant être à ciel ouvert, où les Romains pratiquaient des jeux de balles, de la lutte ou encore de la course. Les Romains s'y rendaient pour transpirer car ils savaient que suer avant de se laver evacue la crasse via la transpiration.

Le tepidarium

Le tepidarium est un bain tiède servant à éviter l'hydrocution un lors du changemement de température entre le bassin chaud et le bassin froid

Le frigidarium

 

 

Bain froid car il était le seul bain qui ne bénéficiait pas du chauffage par hypocauste. Les Romains l'utilisaient pour se raffermir la peau. Dans les grands thermes il y avaient même un natatio, piscine dans le parc des thermes.

Pour chauffer les bains publics, les Romains utilise l’hypocauste : un fourneau central qui chauffe l’eau tout en créant un courant d’air chaud.

Caracalla, empereur sanguinaire qui meurt assassiné, avait fait construire un Club Med géant : bibliothèques, gymnases et même un stade. Il y avait tout pour se détendre. Un jardin des délices qui nous a laissé des vestiges monumentaux. Un lieu où le vide laissé par l'histoire fait la beauté de Rome. Un monument où vous pouvez peut-être retrouver ce « silence » romain dont parle Stendhal dans ses Promenades dans Rome.

 

 

Rome therme de Caracalla