FRIULI VENEZIA GIULIA
 f

 

Trieste

Udine

Pordenone

Gorizia

 

Le Frioul-Vénétie julienne (en italien Friuli Venezia Giulia) est une région autonome d'Italie septentrionale, peuplée de 1,2 million d'habitants. Elle a comme capitale Trieste.

Trieste

 

Trieste (anciennement, en latin, Tergeste) est une ville d'Italie, située sur la mer Adriatique, à proximité de la frontière Slovène. Elle est le chef-lieu de la région de Frioul-Vénétie julienne, et de la province éponyme. Elle compte 233 000 habitants (2001), les Triestins.

Les ressources de la ville sont avant tout dues au port international, rival de celui de Venise, ainsi qu'aux activités liées : chantiers navals, sidérurgie, raffineries de pétrole.

L'ancienne Tergeste est sous contrôle romain depuis -177. En -52, elle se voit donner le statut de colonie romaine, sous Jules César, qui mentionne son nom dans la guerre des Gaules.

Au Moyen Âge, Trieste devient un important carrefour commercial. En 1382, elle se donne à Léopold III de Habsbourg, duc d'Autriche, et devient un port franc, seul débouché maritime de l'empire autrichien. Au XIXe siècle, elle est intégrée aux Provinces illyriennes (1809–1814), puis redevient autrichienne et connaît une période de grande prospérité, particulièrement après la construction de la ligne de chemin de fer Vienne-Trieste (terminée en 1857). À la fin du XIXe siècle, c'est une grande cité cosmopolite qui héberge des artistes comme James Joyce, Zlatko Baloković et Italo Svevo. Ses habitants italiens sont pourtant mécontents de se trouver sous domination autrichienne et aspirent à rejoindre l'Italie — c'est ce qu'on appelle l'irrédentisme. Ses habitants, notamment les Slovènes et les Allemands, devenaient objet de violence de la majorité italienne.

En 1921, après la Première Guerre mondiale qui brise l'Empire austro-hongrois, Trieste est rendue à l'Italie, en même temps que les autres terres irrédentes[non rattachées à l'Italie]. Le port perd rapidement de son importance et entre dans une profonde crise économique. Il servira de base à la naissance du parti fasciste italien (en proportion, le plus grand nombre d'adhérents sont de Trieste et de sa région dès 1922).

Après une première courte occupation par les partisans titistes en septembre 1943, la ville est rapidement entièrement reprise par les Allemands (1er octobre 1943) qui y ouvrent le tristement célèbre camp d'extermination de la Risiera di San Sabba (rizière de San Sabba, dans une zone industrielle) — où seront tués entre 3 000 à 4 000 personnes et emprisonnées, avant d'être transférées 12 à 15 000 personnes, surtout des juifs mais également des partisans, des slaves, des résistants italiens. Le 1er mai 1945, les partisans de Tito (IVe armée yougoslave) entrent à Trieste aux cris de « Trst jè nas », Trieste est à nous. Le lendemain, 2 mai, la 2e division néo-zélandaise du général Bernard Freyberg entre également en ville ; Les Yougoslaves y restèrent pendant 40 jours.
En 1947, le traité de Paris crée un « Territoire libre de Trieste » sous contrôle de l'ONU, coupé en deux zones, l'une anglo-américaine, comprenant la ville de Trieste (zone A et B), l'autre yougoslave avec les villes de Zadar (Zara), Fiume, Pola (en théorie en zone B) ainsi que l'ensemble de la presqu'île de l'Istrie sauf la région de Capodistria (Koper) (zone B). Des collaborateurs, parmi eux surtout des Italiens, mais aussi des Croates et Slovènes, partent poussés par le climat de terreur créé par les massacres des foibe. Le 26 octobre 1954, la zone alliée (partie A) retourne à l'Italie.

Composition ethnique

Trieste est une ville à la mentalité plutôt ouverte, de par sa position géographique de frontière et des vicissitudes historiques qui en ont fait le carrefour de nombreuses langues et cultures. En fait, quasiment tous les groupes ethniques et tous les mouvements religieux y disposent d'un lieu du culte spécifique. Dans la ville de Trieste même on compte actuellement à côté des Italiens une centaine de groupes ethniques minoritaires, tant déjà présents à travers l'histoire (Serbes, Slovènes, Roumains, Grecs, Allemands, Croates) que plus récemment installés (Albanais, Chinois, Africains, Sud-Américains).

A travers le vaste territoire communal de Trieste, qui s'étend jusqu'à la frontière avec la Slovénie, on rencontre aussi des faubourgs et des localités du haut-plateau karstique dans lesquels vit une communauté de langue et de culture slovène (5% de la population communale suivant le recensement de 1971), qui dispose de son propre réseau scolaire.

Il faut par ailleurs noter que de l'autre côté de la frontière se trouve une communauté italienne istrienne qui maintient des liens avec l'Italie, et plus particulièrement avec Trieste qui a accueilli après la Seconde Guerre mondiale de nombreux réfugiés italiens (profughi, esuli) d'Istrie et de Dalmatie, des régions devenues yougoslaves en 1945.

Avant la Première Guerre mondiale, la communauté de langue allemande dépassait les 5% de la population et celle de langue slovène atteignait les 24,80% (recensement de 1910). La première a ensuite quasiment disparu et la seconde s'est réduite. Actuellement, dans le centre urbain elles ont numériquement été dépassées par d'autres communautés, en particulier les Chinois, les Serbes et les Croates.

Il faut toutefois considérer les statistiques linguistiques et ethniques du XXème siècle avec prudence: "Il est difficile de parvenir à des conclusions précises pour ce qui a trait aux chiffres exacts de la population entre Italiens et Slovènes à Trieste, étant donné que les opinions sur le véritable critérium du caractère ethnique sont partagées. A ce propos, les porte-parole slovènes ont déclaré qu'une partie notable de la population de langue italienne, surtout parmi les jeunes, se considérait slovène. De leur côté les porte-parole italiens ont soutenu que depuis 1918 on enregistrait une augmentation proportionnelle dans la population de langue italienne et que, sauf de rares exceptions, c'est la langue d'usage qui constitue le critérium du sentiment national." (Rapport de la commission d'experts chargée d'étudier le tracé de la nouvelle frontière italo-yougoslave par le Conseil des suppléants des Ministres des affaires étrangères, 29 avril 1946)

Caprino della Carnia

Caprino della Carnia pasta dura

Crema del Cuc

Flors

Formaggio del Cit

Formaggio di montagna Friulano

Frico Balacia

Latteria di Friuli

Latteria di Fagnana

Liptauer

Malga

Montasio

 

Asiago d'allevo

Asiago pressato

Cacciotta di latte caprino

Caciotta di pecora

Cciotta misto pecora

Consiglio

Caprino fresco veneto

Caprino stagionato

Caprino tipo francese

Carnia dolce

Casalina

Casalingo d' Alpago

Casatella trevigiana

Pannarello

Pecorino veneto

Piave

Pressato

Renaz

Ricotta del Cosiglio

 

 

Pastorino

Pecorino di Pian di Vas

Pecorino Monte Re

Ricotta caprina

Ricotta pecorina Monte Re

Salato duro Friulano

Salato morbido Friulano

Scuete

Scuete fumade

Strica

Tipo malga Friulano

Casat gardesano

Comelico

Dolcezza d' Asiago

Fodom

Formaio embriaco

Latteria del Veneto

Mastella

Misto capra

Monte delle Dolomiti

Monte

Monte stagionato

Monte veronese

Monte veronese magro

Morlacco

Nostrano di Costalta

Ricotta contadina

Sapada

Schiz

Stracon

Tipo malga veneto

 

 

Latteria de Fagagna

Grand fromage de ferme, frais et doux dans sa jeunesse, plus savoureux et plus piquant une fois vieilli. Lait de vache, écrémé (30% MGSS), cru. 5-9 kg.

Latteria Friulano Cividale

Appartient à la célèbre famille des fromages fermiers dont la maison Guffanti sélectionne et affine certaines variétés. Ces dernières se distinguent pour la qualité du travail et de la matière première. Il s'agit de fromages tendres ou durs suivant la période d'affinage. Lait de vache, écrémé (30-35% MGSS), cru ou pasteurisé. 5-9 kg.

Latteria Friulano S. Andrea

Encore un fromage fermier robuste: saveur marquée, accrochant au palais, légèrement piquante. Lait de vache, écrémé (30-35% MGSS), cru ou pasteurisé. 5-9 kg.

Latteria Friulano Carnia Alto But

Lait mélangé de chèvre et de vache. Fromage fermier remarquable, produit en montagne. Lait de vache, écrémé (30 - 35% MGSS), cru ou pasteurisé. 5-9 kg.

Montasio (aoc)

Le plus traditionnel des fromages du Frioul. Saveur pleine, légèrement piquante selon le degré d'affinage. Lait de vache, écrémé (40% MGSS), cru ou pasteurisé. 5-9 kg.

Ricotta fumée Carnica

Ricotta non salée, fumée aux braises de hêtre. Goût aromatique, délicat. Sérum de lait de vache (10% MGSS), 500g.

Casatella

Fromage mou de Romagne, proche du Stracchino. Saveur fraîche et légèrement âpre. Lait de vache, entier (50% MGSS), pasteurisé. 500g.g.

Fromage de fossa de Sogliano

Recette ancienne et célèbre de Romagne qui consiste en un affinage unique au monde : les petits fromages de brebis sont fermentés à nouveau entre août et novembre dans des fosses creusées dans le tuf. Lorsqu'ils reviennent à la lumière du jour, leur saveur est extraordinaire.

A goûter de toute urgence si l'on aime les fromages savoureux et piquants. L'ouverture de la fosse se fait le 25 novembre et c'est donc à partir de cette date que ce fromage est disponible. Lait de brebis et de vache, entier (45% MGSS),cru. 1kg.

Fromage de grotte sulfureuse

Il s'agit d'une variante du fromage de fosse, qui provient d'un endroit proche : Predappio . Les fromages de brebis (de Pienza) sont affinés dans une grotte creusée dans le tuf sulfureux, s'imprégnant ainsi de saveurs fortes et particulières. Lait de brebis, entier (40% MGSS), cru. 1,5 kg.

Parmigiano Reggiano (aoc)

Le roi des fromages italiens avec sa saveur mythique appréciée dans le monde entier.

La Maison Guffanti sélectionne la production de " caselli " de montagne dans les régions de Parme et Reggio Emilia pour l'affiner trois, quatre ans ou plus, afin de mettre en valeur ses qualités de départ.

Lait de vache, écrémé (32 % MG), cru. 24 - 40 kg.

Squacquerone

C'est une agréable variante émilio-romagnole du Stracchino frais, il a beaucoup de goût et un aspect semi-liquide. Parfait pour tartiner sur du pain ou sur des " piadina " de Romagne. Lait de vache, entier (45% MGSS), pasteurisé. 1 kg..